Monster de Patrick Bauwen

4ème de couverture :

Mon nom est Paul Becker. Je suis médecin. Je vis dans une petite ville, en Floride. J’ai une femme, un fils, un boulot que j’aime. Une existence ordinaire. Jusqu’au jour où je découvre un téléphone portable. L’un de mes patients l’a perdu dans mon cabinet. Un homme étrange. Dangereux. Soudain, ce téléphone sonne. Et ma vie bascule. Complots. Meurtres. Disparitions. Toutes mes certitudes vont s’effondrer. Pourquoi je vous raconte tout ça ? C’est très simple… Votre vie va basculer aussi…

Mon avis :

Patrick fait partie de mes auteurs chouchous. Je l’apprécie infiniment. Je n’avais pas encore lu cet ouvrage (et d’autres d’ailleurs), c’est chose faite… et bien m’en a pris !!!

Un style nerveux, incisif, sans mots inutiles, et qui nous emmène où il veut.

Souvent j’ai cru deviner… eh ben non, je me suis trompée ! C’est à la fois rageant et en même temps très intéressant parce que cela veut dire que l’auteur maîtrise parfaitement son écriture, pour notre plus grand plaisir en fait. Il a donc su conduire son histoire, magistralement, et on avance de découvertes en découvertes, sans jamais pouvoir deviner ! C’est très fort !

Vous lisez le soir avant de dormir ? vous voulez vous coucher ? N’y pensez même pas, il va vous en empêcher pffffffffff
Les pages défilent et se laissent dévorer au point d’en oubier l’heure (j’en ai fait les frais ! )

Vous l’aurez compris, c’est un excellent livre, à déguster.

Ma note : 19 / 20

Burn Out de Didier Fossey

4ème de couverture :

Paris. Avril 2014. Une série de vols d’objets d’art a lieu dans les cimetières parisiens. La police est sur le coup, mais, lors d’une nuit de planque, un policier se fait assassiner. Pas de témoins. Peu d’indices. Ses collègues présents sur place n’ont rien vu. Boris Le Guenn, chef de groupe de la B.A.C. au 36 quai des Orfèvres, est saisi de l’affaire. Malgré son manque d’effectifs et plusieurs enquêtes à gérer, il devra en plus faire face à la descente aux enfers d’un de ses hommes…

Le temps passe. Les vols se multiplient, les crimes aussi et les pistes sont dérisoires. Boris Le Guenn et son équipe doivent mener à bien ces affaires, non sans danger pour eux, tant sur le plan professionnel que personnel. C’est un monde désenchanté, un monde dans lequel l’histoire ne se termine ni bien ni mal, elle se termine, c’est tout. Certains flics boivent pour oublier, d’autres ont une démarche plus radicale, violente, imprévisible…

Burn-out, nuits de planques et de filoches. Ça pue la clope, le sang et la sueur de ceux qui veillent sur la population. Ces flics, obsédés par leur boulot, à qui on demande de laisser au vestiaire leurs problèmes personnels, sont vite rattrapés par leurs démons et leur paquetage s’alourdit de quelques cauchemars…

Mon avis :

Encore un trop bon polar de Didier Fossey. Je me suis régalée.

On sent la dure réalité du métier de policier.
C’est simple, sans fioritures inutiles, bien ficelé, efficace. C’est plein d’action, les personnages sont attachants. J’ai soufferts pour le collègue de Boris, qui va vivre une véritable descente au enfers. Boris fera tout pour l’aider, le soutenir, mais…

Même si j’ai deviné assez vite le dénouement, j’ai beaucoup apprécié cette lecture et la façon dont Didier a mené son écriture.

Laissez-moi vous dire… Si vous commencez à lire Didier, vous allez devenir accro, oui, oui !!! Je vous recommande ses livres.

Ma note : 18,5 / 20

La fresque de Sandrine Zorn et Alain Siméon

4ème de couverture :

Des crimes impunis, un laboratoire peu scrupuleux, une fresque énigmatique.
Le retour de Camille, charmante chercheuse et de son flic préféré, Silas Kravinsky dans une enquête aussi originale que mouvementée.

Camille Jeanson, ex-chercheuse en biologie (lire Mitragyna) aujourd’hui à la tête d’une fondation, observe depuis quelques temps sur le terrain vague qui jouxte ses bureaux, la progression d’une fresque s’étalant sur un pan de mur en ruines.
La peinture montre le visage d’une femme, les traits déformés par la douleur. Jour après jour l’artiste ajoute des éléments à sa peinture, sept bijoux ornent désormais le gigantesque tag.
L’un d’eux est la copie parfaite d’un pendentif retrouvé sur le corps de la femme du capitaine Silas Kravinsky, retrouvée violée et étranglée, une vingtaine d’années auparavant.

Parallèlement à cette sinistre découverte un lanceur d’alerte tente d’attirer l’attention sur les malversations de son laboratoire pharmaceutique. La chef de service d’un grand quotidien sollicite Camille en tant qu’experte scientifique.
La disparition du chercheur va obliger le policier, Camille et la journaliste à travailler de conserve et à se confronter à un redoutable groupe d’hommes et de femmes d’affaires…

Mon avis :

Après avoir découverts l’écriture à quatre mains de ces deux auteurs, Mitragyna, que j’avais bien apprécié, je me suis plongée dans celui-ci et franchement, je me suis régalée. Pour moi il surpasse Mitragyna.

Nous retrouvons Camille Jeanson et le capitaine Silas Kravinsky, pour une nouvelle enquête… et quelle enquête ! Silas va être confronté à son passé… Le meurtre de celle qu’il aimait. On ne peut qu’avoir de l’empathie pour Silas. On souffre avec lui, et il a enfin des réponses à toutes ses questions. Il pourra tourner la page.

C’est rempli de suspense et de rebondissements. Quant au final… Un dénouement comme je les aime !!!

Merci à Jean-Charles et les Editions Lajouanie

Ma note : 19 / 20

Le Neuvième fragment de John Faredes

4ème de couverture :

Auteur à succès de thrillers, John Conroy reçoit une lettre d’une certaine Sharon Palmer, accompagnée d’une clé USB. Fille d’un millionnaire, Sharon est une icône du cinéma underground. Selon la rumeur, la projection de son dernier film Le Neuvième Fragment aurait fait basculer ses spectateurs dans une folie suicidaire. Il ne resterait dans le monde qu’une seule copie du film maudit… Sur la clé USB, un film gore pour le moins réaliste laisse à John un sentiment de dégoût mêlé d’interrogation : pourquoi est-ce à lui que Sharon s’est adressée ? En se rapprochant de la famille de la jeune femme, il découvre que celle-ci vient d’être kidnappée. Preuves de l’enlèvement : un courrier signé du nom de Sharon… et deux doigts fraîchement tranchés.

Mon avis :

Un thriller surprenant, entraînant le lecteur dans la découverte d’une famille dont la fille, Sharon Palmer, a disparu. Elle est l’auteure d’un film atroce, qui a poussé des gens à se donner la mort. Le fils, lui, est un être extrêmement violent, surtout avec sa sœur. Le père ferme les yeux sur tout ça.
John Conroy a reçu un courrier dans lequel on lui annonce qu’il doit recevoir le film. Il va enquêter.
Tout au long du livre s’égrènent plusieurs meurtres.

C’est bien écrit, et ce qui semble n’avoir aucun rapport en apparence avec l’histoire, se révèle en parfaite cohésion. L’auteur a parfaitement maîtrisé son livre.
Certaines scènes sont un peu difficiles, surtout à la fin, mais il se laisse lire. Le dénouement esst très inattendu et extra !!!
C’est un premier livre impressionnant, un auteur à suivre.

Attention tout de même aux âmes sensibles

Ma note : 19 / 20

Le festin du serpent de Ghislain Gilberti

4ème de couverture :

Cécile Sanchez,commissaire de police spécialisée en criminologie, traque les criminels les plus dangereux et les plus déviants qui sévissent dans l’Hexagone. A la tête d’une section d’élite de l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP), elle est confrontée à un tueur particulièrement brutal, qui éviscère ses victimes avant d’emporter leurs organes.

Ange-Marie Barthélemy, figure légendaire de l’antiterrorisme, traque avec son équipe un groupuscule islamiste radical, ultraviolent, qui parcourt les grandes villes d’Europe : les membres d’An-Naziate – les  » Anges qui arrachent les âmes  » – ne laissent dans leur sillage que mort, ruines et chaos. Depuis quelques mois, ils sont de retour sur le territoire français : un massacre en plein Paris met le feu aux poudres, et une chasse impitoyable est lancée.

Ces deux affaires délicates, apparemment sans rapport, vont pourtant se croiser et plonger les enquêteurs dans la plus grande confusion. Il va falloir percer ces ténèbres pour découvrir la sinistre vérité. Cécile et Ange-Marie vont apprendre à leurs dépens que le Mal ne connaît pas de limites et qu’il n’a pas toujours le visage qu’on attend.

Mon avis :

Pour commencer, Ghislain est un auteur cher à mon cœur. Lorsque l’on connaît son passé, je ne peux qu’être fière de son parcourt et d’être son amie ! Il fait partie pour moi des GRANDS AUTEURS.

Son livre…
D’un côté nous avons une chasse au terrorisme, et d’un autre, une chasse à un serial killer.

Les personnages sont fort bien travaillés, avec un sacré caractère ! Mais dans leur domaine, ce sont les meilleurs. J’ai eu une lecture très réaliste, et très visuelle.

Ça va à toute allure, sans temps morts ; c’est stressant et le suspense monte crescendo jusqu’à la fin du livre.
Son écriture est incisive, intrusive parfois… Le tout avec une parfaite maîtrise de son sujet. C’est un véritable régal.

Je n’ai pas commencé par ses premiers livres pour le découvrir, et franchement, je suis bluffée par celui-ci !!! Je vais me dépêcher de lire les suivants !
Ghislain est exceptionnel, un vrai Maître du thriller français… Un auteur à suivre, absolument !!!

Ma note : 19 / 20

La fureur Nichols de Jeremy Serano

4ème de couverture :

« Vous êtes des bâtards ! Crevez tous les deux ! Je vous hais ! »
Caroline du Sud. Été 1992. Orpheline, Sandy Nichols vit chez son oncle et sa tante. Elle a 17 ans. Victime d’une éducation violente, chaque jour elle cache un profond mal-être.
Lorsque Sandy rencontre le dur à cuire Flavio Ramirez, pour la toute première fois de sa vie, elle se sent en sécurité. Très vite, une idylle va naître entre eux. Quelque temps après, l’adolescente disparaît dans des circonstances soulevant de nombreuses questions.

Mon avis :

Douglas Nichols se dirige vers le jeune Flavio Ramirez, arme au poing. Douglas et Janice, son épouse sont les oncle et tante de Sandy, qu’ils élèvent depuis ses trois ans. Nous découvrons au court de cette lecture une violence non exprimée et néanmoins omniprésente.

C’est un thriller psychologique glaçant, une histoire à couper le souffle.
Les chapitres, courts, donnent un rythme effréné à ce livre et un dénouement très surprenant.
Je dois dire que j’ai bien aimé.
Je vous le recommande sincèrement.

Merci à Jeremy pour sa confiance

Ma note : 18,5 / 20

Urbex Sed Lex de Christian Guillerme

4ème de couverture :

Contre une belle somme d’argent, quatre jeunes passionnés d’urbex sont mis au défi de passer une nuit dans un sanatorium désaffecté.
Ils vont relever le challenge, mais, une fois sur place, ils vont se rendre compte qu’ils ne sont pas seuls dans cet immense endroit abandonné…
Et très vite comprendre qu’ils n’auraient jamais dû accepter cette proposition.
JAMAIS !

Mon avis :

Un lieu abandonné, cela attire les jeunes, les « urbexeurs ». C’est dangereux.
Le prologue donne le ton… Un jeune est mort.

Les chapitres sont courts et la lecture est sans temps morts. Tout va vite, et nous entraîne dans une course où l’adrénaline est à fleur de peau, et la violence omniprésente.

Les chapitres sont courts et la lecture est sans temps morts. Tout va vite, et nous entraîne dans une course où l’adrénaline est à fleur de peau, et la violence omniprésente. Mais pourquoi ont-ils accepté cette offre !?

J’ai lu ce livre d’une traite… impossible à lâcher. Même vous ne pourrez pas sortir votre nez de cette lecture, c’est garanti !

Merci à Joël, et aux Éditions Taurnada

Ma note : 18,5 / 20

Avides de Thomas Clearlake

51Y1PH0h6nL

4ème de couverture :

Paris. Au fond d’une cave d’un immeuble de Belleville, douze corps exsangues sont découverts.
Le 36 est sur la brèche. Ces faits rappellent à la capitaine Julie Delorme sa première scène de crime, treize ans plus tôt, celle d’un enfant apparemment atteint de démence qui avait tué ses parents pour se nourrir de leur sang. Convaincue qu’il existe un lien entre les deux affaires, Julie va affronter son plus vieux démon et se lancer dans une enquête à haut risque.

Mon avis :

Attention âmes sensibles, ce livre n’est en aucun cas pour vous !

Julie Delorme se retrouve à enquêter sur une affaire qui lui en rappelle une autre. C’est une femme qui a un caractère bien trempé et d’une grande efficacité dans son domaine, flic. Elle va rencontrer Paul, un mercenaire, privé, qui va enquêter de son côté pour le compte d’un père, personnage avec une forte présence. Elle va finir par vivre un vrai cauchemar de violence sur sa personne.

La violence est omniprésente dans ce livre, qui nous tient en haleine, du début à la fin. L’atmosphère devient presque irrespirable au fur et à mesure de la lecture. C’est oppressant, et en même temps attirant. Il y a un petit côté fantastique qui s’intègre parfaitement et qui relie tout l’ensemble, lorsque l’on découvre… ah, non, vous le découvrirez seul !

Thomas a tout orchestré de main de maître dans cet ouvrage, et c’est de loin son meilleur livre… Un thriller à couper le souffle.

Les amateurs du genre gore vont apprécier. Perso, ce livre m’a régalée. Thomas, j’attends avec impatience le suivant.

Ma note : 20 / 20

Mes amours souterraines de Olivier Sourisse

4ème de couverture :

Fin des classes. À l’issue d’une année scolaire, Léo et Siegeer ont vécu charnellement leur amour. Voici venu le temps des vacances et chacun suit sa famille. Avec la promesse audacieuse de gagner Paris à leur retour. Certes, il y a l’épreuve de leur séparation. Mais un défi lancé par Siegeer ― mettre en jeu leur fidélité ― jette Léo dans la consternation.

Émotions dues à de nouvelles rencontres, aventures sensuelles, désopilante épopée d’une famille ouvrière à l’assaut des Alpes, Léo va vivre une expérience humaine déterminante.

Qu’en a-t-il été de Siegeer ?

En ces années-là, quand l’homosexualité peinait à être reconnue, se retrouveront-ils tels qu’ils avaient été ?

Mon avis :

Lorsque vous vous plongerez dans ce livre, attendez-vous à être remué.ée.
Sur fond d’une histoire vraie, intime, mais un peu romancée hein, les vacances de deux ados de 15 ans, amoureux en secret, vont tout bouleverser, cruelles. Mais jusqu’où ?

Leur relation va-t-elle se renforcer ou plutôt les faire s’éloigner ? L’épreuve va être compliquée. Léo sera soumis à des désirs inavoués, des attirances incontrôlables… va-t-il résister ?

C’est un livre livre magnifique, empreint d’une très grande sensibilité, d’une belle délicatesse et en même temps il y a une certaine violence, le tout parfaitement dosé.

Je connaissais Olivier par son thriller Crucifixions, que j’avais énormément aimé, et ce livre-là, complètement différent, perso, m’a beaucoup touchée, profondément.

Découvrez une facette cachée de cet auteur, sensible, que j’aime énormément.

Ma note : 18 / 20

Uppercuts de Sandrine Durochat

4ème de couverture :

Échirolles, 3 septembre 2020 :

Depuis onze mois, Sadia écoule la drogue du Fennec sur la région iséroise. Mais la belle veut plus. Pour s’affranchir et régner sur le marché de la dope, Sadia décide de frapper fort et va se transformer en une féroce cogneuse bien déterminée à se hisser au sommet de la chaîne alimentaire. Sur fond de conquête de territoires et de prises de guerre, les clans se forment et s’organisent. Femmes fatales, hommes corrompus et victimes innocentes s’affronteront jusqu’à la mort.

Mon avis :

Nous retrouvons la belle et forte Sadia, qui rêve d’accéder à la tête du réseau de drogue, et fera tout pour y accéder, quitte à supprimer Fennec. C’est une lionne, féroce ! Vous connaissez cette phrase : « Il veut être calife à la place du calife » ? eh bien, Sadia, c’est ça !!!
Le texte est court, donc se lit ultra vite, et on se régale.

L’histoire, depuis La Mule, s’étoffe et gagne en profondeur. C’est violent, très intense, et parfaitement ficelé.

Vivement le prochain tome. Bravo à Sandrine, belle et talentueuse avocate.

Ma note : 17,5 / 20