Double « Je » suivi de Secrets de sang de Odile Villois

4ème de couverture :

Une première victime, puis deux, puis trois. A n’en pas douter, l’équipe policière chargée de l’enquête va devoir mettre en œuvre tous les moyens mis à sa disposition pour traquer ce qui a tout l’air d’être un serial-killer : même rituel, même mode opératoire, et ce signe gravé sur le front des victimes… Le tueur sévit sur tout le territoire français, et semble suivre une ligne directrice qu’il a bien définie. Mais qui est cet assassin sans vergogne ? Une chose est certaine : ce signe est la marque de son identité…

4ème de couverture :

Le téléphone portable de l’inspecteur Pordos sonne : « Bonjour, vous êtes bien sur la messagerie de Suerte Pordos. Je ne puis vous répondre pour le moment. Laissez votre message et votre numéro de téléphone et je vous rappellerai dès que possible. Merci. » Un an vient de s’écouler, jour pour jour. 12 juin, une nouvelle victime est allongée sur un des bancs du parc de Brigatines. Même rituel, même mode opératoire, même tatouage sur le front… Cette douzième victime va révéler au grand jour des secrets de famille que l’inspecteur principal Talapatch, Natty et toute l’équipe vont devoir accepter pour mener à bien une enquête qui changera à ne pas en douter leur vision de la vie…

Mon avis sur Double « Je » :

Des morts particulièrement mis en scène, avec une signature bien personnelle, mènent les enquêteurs sur la piste d’un tueur en série. On sait qui est le tueur dès le début, et cela rend l’histoire, et l’enquête de surcroît, très intéressante.

Les noms de certaines villes, et de personnages m’ont bien fait sourire ! Des exemples ? le boucher se nomme Monsieur Yaleboeuf. Une ancienne prof de français Mme Hortograf, etc. J’ai trouvé ça génial !!!

C’est un premier livre de cette auteure que je lis, et je ne suis pas déçue. Je ne l’ai pas lâché. L’enquête est parfaitement menée, les personnages intéressants, et je me suis beaucoup attachée au tueur.
Vous ne voyez rien venir, malgré son modus opérandi. C’est fort !!!

J’ai tellement aimé ce volume que j’ai enchaîné avec le suivant. Vous pouvez en rester là, mais vous vous priveriez d’une suite surprenante.

Mon avis sur Secrets de sang :

Vous serez ballotés à chaque nouvel élément. Vous croyez tenir quelque chose ? Raté ! Une nouvelle révélation viendra vous contredire ! Odile vous baladera avec une facilité déconcertante. Les mots s’enchaînent, et on n’arrive pas à stopper la lecture.

C’est une magnifique découverte, un gros coup de cœur que ces deux tomes !

Mon conseil ? Lisez les deux ! Je vous assure ! Vous serez bluffés.

Ma note pour Double « Je » : 19 / 20
Ma note pour Secrets de sang : 20 / 20

THC sans ordonnance de Olivier Kourilsky

4ème de couverture :

Le corps d’un trafiquant de cannabis est retrouvé près de la frontière espagnole, affreusement mutilé. Or, l’individu, connu de la police, avait été déclaré mort deux ans plus tôt. Sur le chemin de l’enquête, alors qu’un tueur redoutable vient de s’évader, les accidents et les cadavres s’accumulent. Dans cette histoire aux rebondissements multiples.

Mon avis :

Ça va vite, et les chapitres, courts, contribuent à ce ton donné dès le départ, et c’est un plaisir de retrouver ses personnages récurrents ! En plus, je me suis retrouvée chez moi, près de Pithiviers, alors autant dire que j’ai apprécié hihihi !!!

Au-delà de cela, j’ai trouvé les personnages bien mieux travaillés, plus profonds, et l’écriture toujours bien fluide, ce que j’apprécie beaucoup. J’ai vraiment passé un très bon moment, interpellée par des rebondissements intéressants, et je n’ai pas vu la fin venir !

Ma note : 18 / 20


Meurtre pour de bonnes raisons de Olivier Kourilsky

4ème de couverture :

Agnès Bourdin cache une blessure profonde. Elle n’a jamais connu son père, mort pendant la guerre d Algérie. Dans le service de chirurgie réputé où elle vient de décrocher un poste, des actes de malveillance troublent le quotidien de l’hôpital. Tandis que chacun suspecte tous les autres, Agnès se penche sur le passé de son père. Quel homme était-il en réalité ? Que s’est-il passé en Algérie ? D’autres événements secouent le quartier. Un tueur en série, plusieurs peut-être, rôde près de Barbès. Le commissaire Maupas mène les deux enquêtes de front, avec l’aide discrète de son collègue Machefer. 

Mon avis :

Des morts en clinique, des dealers assassinés. L’histoire commence, et on est vite happé dedans.
Comme tous les livres de Olivier, il se laisse lire facilement.
Au premier abord, les éléments ne semblent pas être reliés, ce qui, j’avoue, m’a un peu perdue, mais très vite le puzzle s’assemble et on comprends.

L’écriture a évolué ; je l’ai trouvée beaucoup plus fluide et incisive. Au final, c’est un excellent policier, que l’on lit d’une traite, sans se lasser, et que j’ai dégusté avec plaisir.

Ma note : 16,5 / 20

L’assassin de septembre de Jean-Christophe Portes

4ème de couverture :

Été 1792. Les Prussiens envahissent la France pour tenter de mettre fin à la Révolution. Ils assiègent Verdun, dernière ville forte avant Paris. Victor Dauterive, missionné par Danton, doit convaincre le commandant de la garnison de tenir bon jusqu’à l’arrivée des renforts français.

Mais dans la ville, l’agitation est à son comble et un mystérieux jeune homme parvient peu à peu à persuader les habitants qu’il est dans leur intérêt de capituler. Le commandant qui refusait de se rendre, est retrouvé mort, assassiné.

Dauterive doit agir au plus vite pour sauver la Révolution. Entre complotistes royalistes, révolutionnaires aux abois et espions étrangers sans scrupules, il va naviguer en eaux troubles. Une nouvelle mission qui pourrait bien lui coûter la vie…

Mon avis :

Encore un livre intéressant de cette période de notre Histoire, sur fond de politique révolutionnaire, contexte dans lequel Jean-Christophe excelle avec efficacité, et toujours aussi bien écrit.

J’ai retrouvé un Victor Dauterive un peu perdu, trimbalé à droite à gauche, souvent fait prisonnier… et une mission à nouveau remplie. J’ai aussi apprécié y retrouver Olympe de Gouge, une femme exceptionnelle, figure de la révolution.

Une nouvelle fois, je me suis régalée de cette lecture.

Merci aux Editions City, et Eric Poupet

Ma note : 17 / 20

Le Nantais de Carl Pineau

4ème de couverture :

Nantes, à l’aube des années 2000. Greg Brandt, enquêteur retraité, s’occupe de sortir des drogués de l’enfer… Cette mission dérange les dealers, le milieu nantais et certains cadres de la Crim’.
Une jeune policière est assassinée, puis c’est aux proches de l’ancien flic que l’on s’attaque. Raison de ce déchaînement de violence : soixante-dix kilos d’héroïne volés au 36, quai des Orfèvres..

Mon avis :

Voici le dernier tome de cette trilogie, et j’ai été conquise !
Nous sommes entraînés dès les premières pages dans une spirale folle jusqu’à un dénouement inattendu.
Greg Brandt va en baver.
J’ai retrouvé avec un grand plaisir Greg (et d’autres personnages) qui m’a fit vibrer au fur et à mesure des pages.
Je ne peux que vous recommander cette super trilogie.

Merci aux Editions Lajouanie

Ma note : 18,5 / 20

La maison des voix de Donato Carrisi

4ème de couverture :

Florence, de nos jours. Pietro Gerber est un psychiatre pour enfants, spécialiste de l’hypnose. Il arrive ainsi à extraire la vérité de jeunes patients tourmentés.

Un jour, une consoeur australienne lui demande de poursuivre la thérapie de sa patiente qui vient d’arriver en Italie.
Seul hic, c’est une adulte. Elle s’appelle Hanna Hall et elle est persuadée d’avoir tué son frère pendant son enfance.

Intrigué, Gerber accepte mais c’est alors qu’une spirale infernale va s’enclencher : chaque séance d’hypnose révèle plus encore le terrible passé d’Hanna, mais aussi qu’elle en sait beaucoup trop sur la vie de Gerber. Et si Hanna Hall était venue le délivrer de ses propres démons ?

Mon avis :

Après ma déception à la lecture du « Jeu du chuchoteur », me voici réconciliée avec l’auteur !
Ce one-shot est une vraie pépite, un page turner à la hauteur de l’auteur.

Son écriture captivante nous emmène dans un thriller psychologique grandiose, une histoire parfaitement menée et un final qui me fait faire wouaouhhh !!! Je n’aurais jamais pu deviner cette fin !

Donato est définitivement Celui qui m’a fait découvrir et aimer le thriller.

Ma note : 20 / 20

Intouchable de Jean-Christophe Portes

4ème de couverture :

Depuis que sa fille Manon est morte, il y a dix ans, Anne n’est plus que l’ombre d’elle-même. Elle a tout perdu, sa famille comme ses ambitions professionnelles. Et le jour où elle croise l’homme qu’elle soupçonne d’avoir assassiné sa fille, quelque chose se brise à nouveau.  

Elle en est convaincue, Simon Bonnamy, le fameux médecin qui était le petit-ami de Manon au moment du meurtre, est coupable. En apparence, l’homme est respectable, intouchable même. Mais peu avant sa mort, la jeune femme avait laissé un message disant qu’elle avait peur.

Décidée à livrer seule ce combat pour faire éclater la vérité, Anne se lance sur les traces de Bonnamy. Est-il un pervers narcissique et un serial killer qui tue en toute impunité  ? Ou bien Anne a-t-elle perdu la raison  ? Une terrible lutte s’engage. Elle va les conduire aux confins de l’enfer…

Mon avis :

Le suspense monte crescendo, pour un final particulièrement vicieux et explosif.
Cette lecture est captivante et nous change de ses romans historiques. C’est un thriller parfaitement mené et réussi. Il a su me tenir en haleine et m’a régalée.
On ne peut qu’avoir de l’empathie pour cette femme et sa souffrance. La perte d’un enfant c’est déjà terrible, et quand cela fait suite à ce genre de dérives, c’est innommable !
Un grand Bravo !!!

Merci aux Editions City

Ma note : 18,5 / 20

Épisto de Jean-François Pré

4ème de couverture :

Une ancienne gloire des hippodromes, un éditeur à succès et un chirurgien briguant un portefeuille ministériel sont assassinés. Les armes utilisées par le meurtrier sortent pour le moins de l’ordinaire, tout comme les missives qu’il adresse à l’ex-commissaire Langsamer pour annoncer chacun de ses crimes. Points communs entre les trois premières victimes ― eh oui il y en aura d’autres ― leurs visages sont vitriolés post-mortem…

Mon avis :

C’est le 1er livre que je lis de Jean-François, et je n’ai aucun regret. Une lecture au top ! J’aimais beaucoup l’entendre lors de ses chroniques télévisuelles équines, et je peux dire maintenant que j’aime son écriture.
Langsamer est un flic de la vieille école, bourru et en même temps plein de sensibilité. J’aime beaucoup ce personnage.
Il est à la retraite et va mener cette nouvelle enquête avec discrétion et efficacité. L’intrigue est pleine de rebondissements, les chapitres sont courts, ce que j’apprécie, et je n’ai pas vu venir la fin.
Jean-François m’a scotchée !!!
Merci aux Editions Lajouanie

Ma note : 18,5 / 20

La louve de Mausecret de Thierry Berlanda

4ème de couverture :

Bourges, 1633. Deux commerçants prospères se suicident coup sur coup. Intrigué par les circonstances étranges de leur mort, le lieutenant de police Archambault mène l’enquête. En butte à la suspicion des habitants, pressé par le maire et contesté par plusieurs membres du Conseil, parviendra-t-il à prendre de court l’adversaire dont le visage se dessine peu à peu ? Ce dernier a-t-il d’ailleurs forme humaine ou est-il plutôt l’une des créatures de la meneuse de loups, dont l’empire s’étend sur les marais, à l’écart de la Ville ? Vieillissant, en proie à d’incessantes angoisses, Archambault trouvera-t-il en lui-même la force d’accomplir sa mission, ou devra-t-il se résoudre à invoquer des puissances qui à la fois le fascinent et le terrorisent ? D’ailleurs, sait-on jamais si ces puissances sont en dehors de nous ou bien en nous ?

Mon avis :

Thierry nous plonge dans le berrichon de 17è siècle, peu après le passage de la peste noire.

En dehors de l’histoire, que j’ai beaucoup apprécié, surtout les loups, je me suis amusée à essayer de suivre le langage qui m’a fait pensé, à plusieurs égards, au patois de nos régions. Ce fut un régal.

J’aime l’écriture de cet auteur, quelque soit le genre qu’il écrit. Il sait me transporter dans ses livres et montrer le visage caché des hommes. Ici les loups ne sont pas ceux que l’on croit.
C’est une ouvrage magnifique.
Merci aux Editions Bonneton

Ma note : 20 / 20

Vocero de Sandrine Durochat

4ème de couverture :

Sadia s’est imposée au sommet du marché de la drogue à Grenoble, dans le sang et la fureur. Elle savoure la victoire sans se douter que les vingt-quatre prochaines heures seront les plus éprouvantes de sa vie. Pourchassée par une vengeance corse implacable, des terroristes islamistes en quête de territoire et un flic psychopathe, Sadia sera plus que jamais au bord du précipice et va devoir se sublimer pour vaincre ou périr.

Mon avis :

Sadia a enfin eu ce qu’elle voulait… prendre la tête du réseau de drogue de Corse, mais tout ne va pas se dérouler selon ses plans.
Je trouve qu’elle a gagné en maturité et en force, et cela risque de lui jouer des tours !
Ah, j’oubliais, le final… je ne m’y attendais pas du tout. C’est très intéressant.
Les livres de Sandrine sont petits, mais quelle intensité !!!

Ma note : 18 / 20