L’affaire Creutzwald de Thierry Berlanda

51ttlaup5gl._sx195_

4ème de couverture :
Avril 2019, le brigadier Aurélie Deletraz trouve par hasard, dans une sous-pente du commissariat de Saint-Avold, un paquet de pages qui l’intrigue : le récit anonyme d’une enquête hors norme qu’elle avait menée cinq ans plus tôt, et qui avait abouti à un classement sans suite. Troublée, elle persuade Céline Dumouriez, ex-journaliste à l’Express sortant de cure de désintoxication, de reprendre discrètement les recherches sur les disparitions, en juin 2014, de personnes soi-disant évaporées dans une lumière surnaturelle… Ces phénomènes étaient-ils liés à l’assassinat d’Emmanuel Marchal ? Alice, qui allait se marier avec le jeune homme, était-elle victime d’hallucinations lorsqu’elle prétendait en avoir été témoin ? Pierre Orbain, industriel tyrannique condamné pour Le meurtre de Marchai, est-il la seule âme noire de cette histoire, ou bien est-ce quelqu’un d’autre, plus redoutable encore mais dissimulé, qui détient la vérité sur l’affaire Creutzwald ? Céline et Aurélie vont devoir faire taire leurs propres démons pour découvrir les traces de ce fantôme. Et pour l’affronter…

Mon avis :

« Il suffit d’être dans ce qui a été »
Si je devais ne retenir qu’une phrase pour ce livre, ce serait celle-ci

J’avais hâte de découvrir ce livre de mon ami Thierry Berlanda, et je le remercie infiniment.

Au premier abord on commence par une histoire au pays minier de Lorraine, dans le passé, où un phénomène d’éclairs intenses suivis de disparitions se mélangent.
Je me dis ok on entre dans du fantastique et … et mais non !!!

On aborde l’enquête au présent et on vit, on participe avec Aurélie et Céline à cette ancienne affaire que la policière a envoyé à la journaliste en toute discrétion. Le rythme de cette seconde partie s’accélère et tout s’enchaine sans temps morts.
C’est très bien écrit, simple et efficace. J’ai beaucoup aimé cette lecture et je dirais que c’est un roman à ne surtout pas rater !!!
Et alors le twist, parce qu’il faut que je vous dise … cette finale … jamais, non jamais je n’aurais pu imaginer cette fin … c’est grandiose !!!!!

Ma note pour ce genre, je dirais noir : 19/20

Publicités

Clivage de Jean Dardi

cvt_clivage_6203

4ème de couverture

Des victimes poignardées et émasculées… Les meurtres qui se succèdent dans Paris sont monstrueux, totalement hors normes. Un tueur se déchaîne et chaque nouvelle scène de crime reflète une brutalité qui va crescendo. Pour le commissaire Dell’Orso, ces crimes évoquent des rituels barbares, actes d’un tueur incapable de maîtriser une rage trop longtemps contenue. Quand Dell’Orso découvre que toutes les victimes étaient des brutes ou des violeurs, il comprend que le meurtrier agit par vengeance. Pour faire cesser les meurtres, l’enquêteur n’a pas d’autre choix que de plonger dans l’esprit dérangé du tueur. Il ignore encore qu’il embarque pour un long et terrifiant périple aux frontières de la folie. Un voyage dont personne ne peut sortir indemne… Dans les profondeurs de son âme se dissimule une noirceur sauvage.

Mon avis :

Il faut que je vous parle de cet auteur que j’affectionne tout particulièrement puisqu’il fait partie des tout premiers auteurs que j’ai découverts avec Les sept stigmates, excellent livre, belle écriture sans fioriture, juste ce qu’il faut pour captiver notre cerveau (pour ceux qui en ont 1 … c’est pas moi c’est ma soeur hihihi) et que j’avais beaucoup aimé. J’ai forcément enchainé avec Pardon dès sa sortie, que j’avais trouvé beaucoup plus abouti. Chouette il s’améliore !!! 😉
Du coup ben j’ai lu Clivage hein … obligée !!! Et là … scotchée !!!
Le ton est donné dès la première ligne … cet opus m’a littéralement captivée. J’y ai retrouvé avec plaisir un commissaire, toujours aussi bourru, et en mode dépression suite à sa dernière enquête, j’ai nommé Giovanni Dell’Orso bien sûr.
Cette nouvelle enquête va le remettre sur les rails. C’est là qu’il est le meilleur … quand il poursuit les tueurs en série. Il adore cette poussée d’adrénaline.
On entre donc dans le vif du sujet dès le premier meurtre. Il n’y a aucun temps morts, et les évènements et les meurtres écœurants s’enchainent. Ouf, merci Jean d’avoir mis certains passages explicatifs pour reposer un peu nos neurones hein 😉 parce qu’il faut le dire, le rythme met nos nerfs à rude épreuve … pour finir en totale apnée !!!
Cet opus est encore meilleur. Mon Jeannot, tu t’es surpassé. Tu as maintenant la barre très haute, ce qui veut dire que pour le prochain tu vas avoir une sacrée pression je te le dis 😂😂😂

J’ai oublié … âmes sensibles s’abstenir

Ma note :

Tu étais déjà en bonne place dans mon classement mais alors là, tu rejoins le Top 3 avec un beau … 20/20

Pardon de Jean Dardi

cvt_pardon_5134

4ème de couverture

Début des années soixante. Sur la promenade de Boulogne, les prostituées travaillent la peur au ventre. Parmi les clients, rôde celui que la presse surnomme le « Dépeceur du Bois » qui tue et éventre les prostituées. Subitement, la série meurtrière s’interrompt, la police respire et le mystère reste entier. Fin 2016. Le commissaire Dell’Orso rentre précipitamment de vacances. Une jeune femme vient d’être assassinée d’une balle dans la tête. La main de la morte renferme un étrange mot griffonné : « Pardon ». Plus étrange encore, l’arme du crime est un vieux Colt M1911, celui-là même qui avait été utilisé par le « Dépeceur du Bois ». Le tueur aurait-t-il récidivé, 50 ans plus tard ? Comment pourrait-il encore avoir la force de pourchasser ses victimes, de les séquestrer puis de les abattre ? Peu vraisemblable. Et pourtant…50 ans après, il redevient leur pire cauchemar…

Mon avis :

Second opus de Jean. J’avais déjà beaucoup aimé Les sept stigmates, et bien celui-ci… est monté d’un cran. Cette lecture a été est un vrai régal, et j’avoue être passée par toutes sortes de sentiments. Cet opus est nettement plus abouti … les personnages sont bien mieux travaillés … il s’améliore notre Jean 😉

Le suspens monte crescendo … avec des moments d’humour. C’est très agréable et ça permet de passer d’une lecture très noire à un peu de légèreté, ce qui nous fait respirer parce que … j’ai souvent été en apnée, à la limite de la suffocation hihihi si si je vous assure !!!

Pour conclure je dirais que c’est un sacré bon bouquin avec un twist bluffant !!! Je l’ai non seulement dévoré, mais savouré avec délectation !!! Il est excellent.

Ma note 18 / 20

Les 7 stigmates de Jean Dardi

41s0zjm2t9l._sx195_

4ème de couverture :

Paris connaît une vague de terreur. Une jeune secrétaire, un imam, un rappeur, un assassin, un voleur… Tous retrouvés égorgées. Aucun lien apparent, si ce n’est un mystérieux message reçu par chacune des victimes quelques jours avant leur mort. La psychose s’installe. En haut-lieu on panique, on trépigne, on menace. Au 36 Quai des Orfèvres, en plein mois d’août, il ne reste guère que le commissaire Giovanni Dell’Orso, qui ne batifole pas sur les plages. En pleine déprime, il hérite donc de cette affaire qui s’avère particulièrement embrouillée. D’autant que, des bas-fonds de Paris aux quartiers chics, le tueur franchit progressivement toutes les limites, y compris celles de sa folie meurtrière…Comment arrêter un tueur qui n’a rien à perdre ?

Mon avis :

Vous n’avez pas encore « les 7 stigmates » dans votre bibliothèque ? Il est temps d’y remédier, ce thriller est une pépite ! un livre à découvrir et à dévorer sans modération. On est accroché par une belle plume, très agréable à lire et sans fioritures. Le rythme est soutenu, on ne s’ennuie pas une second.  Vous allez vous retrouver au cœur d’une affaire palpitante qui ne vous laissera pas une minute de répit. Voici un livre que vous ne pourrez pas lâcher avant la dernière page.
Un tueur en série qui provoque la psychose, des cadavres qu’on ne pourra bientôt plus compter.

Mais purée… qui peut être ce tueur !?

C’est dans une atmosphère glauque et pesante que le commissaire Giovanni Dell’Orso, flic de la vieille école, un peu bourru et son équipe vont devoir user de tous les stratagèmes pour débusquer un psychopathe qui franchira progressivement toutes les limites. Quant au twist… un final … woauouhhh j’ai été bluffée !!!

C’est du bon, du très très bon. Attention âmes sensibles, certaines scènes sont un peu gore.

Ma note : 17,5/20

 

Les braises de l’exode de Damien Leban

512tdmhikfl._sx195_

4ème de couverture

« Samira n’a que 11 ans lorsqu’elle survit au massacre de sa famille et s’enfuit avec son père pour échapper aux bombardements. Elle quitte clandestinement sa Syrie natale pour trouver refuge en France, terre des Droits de l’Homme.
Bruno Heisen, major à la Brigade de Recherche de Montdidier, découvre un cadavre calciné dans le coffre d’une voiture, fait divers très inhabituel dans sa campagne picarde.
Elise Carat, belle-fille du grand patron de Carat Constructions, rentre chez elle après une journée de travail tendue et se languit de prendre du bon temps avec son mari…
Tous trois ignorent qu’ils vont bientôt être confrontés à l’horreur la plus absolue… »

Mon avis :

J’avais lu et beaucoup aimé « Résilience » et bien croyez-moi, « Les braises de l’exode » c’est puissance 10 !!! J’ai A.D.O.R.E
La plume est toujours aussi fluide et parfaitement maîtrisée. Les personnages sont bien travaillés … gentils ou antipathiques … ou l’inverse, allez savoir !
Les meurtres sont atroces et l’histoire de la petite Samira, 11 ans est terrible … après le massacre de sa famille, la disparition de son papa en mer pendant leur fuite, et son arrivée en France qui ne sera pas le paradis dont son père et elle rêvaient …

je suis passée de la phase tristesse et empathie à la colère et l’écœurement dans la perversité humaine, pour finir ensuite à dire : mais il faut leur foncer dedans et leur faire la peau à ces ordures pervers, à glacer le sang !

c’est incroyable ce que ce livre nous fait passer par 36 états d’âme. Impossible d’en sortir indemne.

quant au final … wouaouhhh ! quelle fin mais quelle fin mes amis … comme je les aime 😉

Ce livre est une vraie bombe qui m’a scotchée au point de lire jusqu’à des 2h voire 2h30 du matin.
Damien est monté direct sur la marche 2 de mon top 5
Âmes sensibles, attention, cela touche des enfants entre autres et certaines scènes peuvent vous choquer

 

Ma note : 19,5/20

S’il vous plaît, sauvez-moi de Helen Callaghan

index

4ème de couverture

« Chère Amy, J’ai été enlevée, je ne sais pas où je suis retenue prisonnière. Mais s’il vous plaît, sauvez-moi… » Quand Margot, qui tient la rubrique du courrier des lecteurs dans un journal local, reçoit cette étrange lettre, elle n’en croit pas ses yeux. Le courrier est signé Bethany Avery, une jeune fille kidnappée vingt ans auparavant et dont le corps n’a jamais été retrouvé.

Est-ce une mauvaise plaisanterie ? Intrigué par l’affaire, le criminologue Martin Forester confirme que l’écriture de la lettre est bien celle de l’adolescente disparue il y a vingt ans. Plus effrayant encore : alors que les secrets du passé refont surface, une nouvelle adolescente disparaît dans des circonstances similaires.

Margot tente de comprendre ce qui est arrivé aux deux jeunes filles kidnappées. Mais en essayant de sauver ces deux vies, elle va aussi risquer la sienne…

Mon avis :

Merci à City Pocket pour leur confiance

Ce livre m’attirait beaucoup et après lecture, je ne suis pas du tout déçue.

Le départ est un peu lent mais la plume de l’auteure fait que la lecture coule ensuite toute seule. Je l’ai dévoré et me suis vraiment régalée.

La tension est palpable,  angoissante. Les évènements s’enchainent sans temps morts, et les rebondissements surprenants pour arriver à un final, même si à un moment on s’y attend, et bien la façon dont elle a amené cette est juste géniale.

On se prend d’empathie pour les pauvres filles séquestrées et on voudrait aider Margot à avancer dans son enquête.

Un bon livre à lire, sans contredit !!!

Ma note : 17/20

Déjantée de Valérie Palud

41tq3Tp5XOL._SY346_

4ème de couverture

Déjantée est l’auto-killographie (comme une biographie mais en pire) de Lucette Bobards.
Une histoire Loufoque alliant meurtre, sang et humour. N’hésitez pas à découvrir mon univers.

Un SDF retrouvé mort en hiver fait partie des choses dont on ne parle plus qu’en termes de statistiques chaque année.
Mais celui que le personnel a ramassé à la petite cuillère sur les rails du train à la gare de l’est de Tikaville , c’est moi qui l’ai tué.

Mon avis :

Ce livre se lit d’une traite. Je connaissais Gina Dimitri pour sa plume déjantée mais maintenant j’en connais une seconde 😉

Sa façon de raconter cette histoire est à l’image de son titre, complètement déjantée. C’est un meurtre décrit de façon farfelue, et, franchement je me suis régalée, j’ai bien rigolé, sans compter les anecdotes réelles de lulu !!!

Ma note : 18/20