Mort d’un sénateur de Pascal Chabaud

51qOnThFd3L._SX309_BO1,204,203,200_

4ème de couverture :

Juillet 1940. L’inspecteur Joseph Dumont de la 6e brigade mobile, durement éprouvé par la mort de sa femme enceinte fauchée par un automobiliste, enquête sur l’assassinat du sénateur Étienne Ferrand, retrouvé le crâne défoncé dans une chambre de l’hôtel Carlton. Ce Grand Maître franc-maçon opposé au régime de Vichy détenait des documents gênants pour le pouvoir. La piste du complot politique est aussitôt privilégiée. De faux-semblants en rebondissements, la quête de la vérité s’avère difficile, périlleuse, voire dangereuse : tandis que Ferrand a fort à faire entre ses investigations sur la mort de sa femme et sur celle du sénateur, son supérieur, le commissaire Champeix est assassiné et son ami et collègue de la police scientifique, Nestor Bondu, échappe à une tentative de meurtre. En ces temps troublés, sur fond d’espionnage industriel et de sociétés secrètes, Pierre Laval place ses hommes dans la police et à tous les niveaux de l’État. Dumont ne sait plus à qui faire confiance. Ballotté dans les remous de l’Histoire en marche, Dumont devra jouer sa partition sans se laisser entraîner sur des chemins de traverse. Car les apparences sont parfois trompeuses, jusqu’au dénouement des plus inattendu…

Mon avis :

Vous savez maintenant que la politique ne m’intéresse pas, et la retrouver dans des livres, ça me gave.
Lorsque j’ai vu le titre de ce livre, il ne m’attira pas au premier regard. Puis j’ai lu la 4ème de couverture. L’histoire se passait sous le gouvernement de Vichy et Pétain. Cette période de la 2nde Guerre mondiale m’intéresse, alors je me suis procurée le livre, et là ma lecture s’est transformée en addiction.

Nous trouvons-nous face à un assassinat politique, à l’heure ou Pierre Laval veut faire tomber Etienne Ferrand ? Et puis nous avons aussi cette histoire de TPV, Toute Petite Voiture, que Citroën veut construire, mais elle est encore en mode élaboration de prototype. Tout le monde veut se l’arracher, et les plans ont disparus. Espionnage industriel ? Ferrand était-il impliqué ?

Une écriture posée, et un langage soutenu mais accessible. Cette enquête, entre la France libre et la France occupée est riche et m’a permis de comprendre bien des choses.

Sincèrement, je ne m’attendais pas à autant aimer ce livre. Un tome 2 en prévision ? J’espère avoir le privilège de le lire. J’ai hâte. Merci à Pascal Chabaud pour ce livre sur un épisode de notre Histoire qui, malgré l’horreur de la guerre, fascine encore beaucoup de monde. Ce fut une une très belle découverte.
Les Editions De Borée ont eu raison de l’imprimer. Je trouve que ce livre mériterait une plus grande vue. À quand dans les salons ?

Merci aux Editions De Borée.

Ma note : 19 / 20

La Mule de Sandrine Durochat

85003607_790452431455987_4930037519916990464_n

4ème de couverture :

Grenoble, octobre 2019
La Mule est en retard. Rien ne s’est passé comme prévu et Sadia, la petite pute de cité d’Échirolles, a bien morflé et puise dans ses dernières ressources pour faire face. Elle doit trouver une solution afin de sauver son frère et réchapper au clan Zerguit qui veut récupérer la cargaison et lui faire la peau. La lancée en pleine nuit dans une course folle, la jeune femme va affronter les caïds de sa banlieue, des flics chauffés à blanc et la pègre locale.

Mon avis :

Voici une petite histoire, courte et excellente. L’auteure sait manier les mots avec aisance.
Cette gamine est une prostituée, qui subit la violence et tente de survivre en faisant la mule pour un caïd de la pègre. Elle va se retrouver entre 2  clans et ne pourra compter que sur elle. Autour d’elle les morts d’enchaînent.
C’est une battante, une guerrière. Elle sort ses griffes au bon moment. Elle est déterminée et ira jusqu’au bout. Une gamine avec un sacré caractère !!!

L’écriture est incisive, précise et efficace, et les personnages sont bien travaillés.

Je félicite Sandrine Durochat pour cette première et la remercie aussi pour sa confiance.

Ma note : 17,5 / 20

Les méandres du mal de Jack-Laurent Amar

413+mHmKqmL._SX245_BO1,204,203,200_

4ème de couverture :

2021. Inconsolable depuis la mort de sa femme, Daniel, historien, accepte un projet fou : repartir en 1940 pour arrêter l’assassin d’Hitler, venu lui aussi du futur. Loin d’apporter la paix, la mort du dictateur a en effet plongé le monde moderne dans le chaos. Projeté dans le passé, Daniel sauve d’une mort certaine une femme aux traits étrangement ressemblants à ceux de son épouse disparue…

Mon avis :

Et si on pouvais remonter le temps et tuer Hitler avant la destruction ? Et les conséquences, y ont-ils pensé ?

L’histoire est passionnante, addictive, originale et avec de l’humour en plus. Je dois dire que j’ai souvent été en apnée lors de ma lecture, qui s’enchaîne sans temps morts. Tout du long les évènements s’imbriquent, s’emboîtent parfaitement.

Les personnages principaux sont très attachants et que dire de l’histoire d’amour !? Parce que oui il y a de l’amour !!! En filigrane, je trouve qu’elle donne du cachet et met une petite note de douceur au centre de la dureté de l’histoire.

Une femme diabolique, omniprésente, donne du volume au déroulement du passé, présent et futur, mais que l’on ne voit qu’à certains moment de l’Histoire avec un grand H.

Bien entendu, le monde politique et sa soif du pouvoir y est parfaitement à sa place, avec sa frénésie pour l’argent, ou plutôt pour l’or. Bref tout est parfaitement ficelé, écrit avec une belle plume, fluide et précise, sans fioritures, et avec force détails.

Cet opus est différent de son premier livre, L’ombre et sa lumière, mais sincèrement je suis totalement conquise !!! Jack-Laurent a su me conduire dans cette histoire, avec retour dans le passé, avec délectation.

Ce livre, c’est de la balle !!! Gare à vous si vous apercevez la femme en noir avec un ras du cou en dentelle !

Ma note : 19 / 20

Le Maître des énigmes – Vivre pour tuer de Eric Quesnel

téléchargé (1)

4ème de couverture :

Que va faire Jay Harrington pour mettre fin au plan machiavélique du maître des énigmes ? Que va faire le tueur pour accomplir son oeuvre ? Pourquoi tue-t-il ainsi ? Qui est-il vraiment ? Qu’est-il advenu des six otages disparus depuis plusieurs mois, sans laisser de trace ? Ce troisième opus répond aux questions que se posent les milliers de lecteurs et lectrices de cette saga meurtrière. Une fois de plus, l’auteur Éric Quesnel garde le suspense jusqu’aux dernières lignes…

Mon avis :

Olala quel livre, mais quel livre !!!
Le Maître des énigmes est de retour. Il veut en finir avec Jay Harrington.

Vous savez quoi !? Si vous avez lu les deux précédents, alors mettez de côté ce que vous lisez en ce moment, et prenez celui-ci !!! Quel bonheur de retrouver Jay et son équipe.
j’ai vécu ce livre en même temps que les personnages, j’avançais avec eux. J’ai vibré tremblé, souffert avec Jay, espéré avec lui. Son amour pour Laura est toujours aussi fort et il va tout faire pour la sauver. c’est d’un machiavélisme !!!

On a enfin des réponses à nos questions.
Ce livre est d’une puissance… wouaouhhh

Eric fait partie de ces auteurs incroyables qui arrive à nous accrocher dès les premières pages. Et son final… double wouaouhhhh !!! Mais comment peut-il nous laisser ainsi !!??

Je vais vous dire : si je devais me retrouver seule avec des auteurs, Eric en fait partie, indiscutablement, et sur la plus haute marche. IL fait partie de mes auteurs chouchous préférés. Nous le suivons dès le début et nous ne sommes pas déçus par ce que nous lisons de lui. C’est un auteur à suivre impérativement.

Ma note : 20 / 20

Matt Dubois – Les citrouilles ne sourient jamais de Ludovic Metzker

41owE9F0+4L

4ème de couverture :

Depuis quelques années, à la même période, des jeunes femmes sont retrouvées assassinées de manière étrange : leur tête est recouverte d’une citrouille.Pour résoudre cette enquête, le pilier de « La cage à poules », une unité dédiée aux crimes déviants, va devoir reprendre du service. « Vous aimez les secrets ? Lui aussi ! »

Mon avis :

Le commandant Matt Dubois est un commandant exécrable, brut de décoffrage, sans gêne, avec son franc-parler… une sorte d’ours mal-léché, mais aussi avec de l’humour. Très atypique.
Autour de lui gravitent des personnages sympas : Mélinda, réfractaire au commandant au départ, mais elle finira par changer d’avis, Joachim, qui va s’en prendre plein la tête, le pauvre, une sorte de défouloir… mais non, je ne vous dis rien.

C’est un livre qui se lit à 100 à l’heure. Vous n’en perdrez pas une miette tellement vous serez pris dans l’histoire.

C’est tordu, mais vraiment tordu ! L’écriture est belle, addictive, et j’ai souvent rigolé, toute seule, dans mon coin.

Gros coup de coeur. Il est excellent. Foncez… lisez-le !!!

Ma note : 19 / 20

Le jeu du chuchoteur de Donato Carrisi

81TJQNe+84L

4ème de couverture :

En pleine nuit d’orage, l’appel au secours d’une famille. Autour de leur maison, un homme à capuche qui rôde. La police n’arrive qu’au petit matin. Le spectacle d’un carnage: du sang partout. Mais aucun corps. Ni parents. Ni enfants.

Mila, experte en enlèvements, ne voulait  plus du tout enquêter mais tout porte à croire que le Chuchoteur est de retour. Mila n’a pas le choix  : il faut à tout prix l’empêcher de frapper à nouveau.

Mon avis :

Carrisi est l’auteur qui m’a réellement fait connaître le thriller, au travers du Chuchoteur dans lequel j’avais aimé la progression des personnages, et la façon dont il a fait tourner l’histoire autour du tueur en série.

J’attendais avec impatience ce nouvel opus, et retrouver Mila Vasquez. Je trépignais.

Grosse déception. Je me suis ennuyée par le côté virtuel, même si on découvre des réponses, et des surprises ! Dommage pour moi.
J’espère me rattraper sur le prochain.

Ma note : 13 / 20

La machine à brouillard de Tito Desforges

téléchargé

4ème de couverture :

Mac Murphy est un soldat d’élite. Mac Murphy est fort. Mac Murphy est dur. Mac Murphy est fou. Mac Murphy trimbale dans sa tête une épouvantable machine à brouillard qui engloutit ses souvenirs, sa raison et l’essentiel de son âme, morceau après morceau. Quand les habitants de Grosvenore-Mine, ce village perdu dans les profondeurs de l’Australie, se hasardent à enlever la fille de Mac Murphy, ils ne savent pas à quel point c’est une mauvaise idée. Une époustouflante plongée dans l’amour d’un père pour sa fille et dans les tréfonds de la démence d’un homme. Inlâchable. Attention : cauchemar.

Mon avis :

Mis au repos forcé, il se retrouve face à un médecin psychiatre et raconte. Persuadé d’avoir une « machine à brouillard » dans sa tête, et tout se bouscule. L’enlèvement de sa petite fille  Louise va le plonger dans un état de violence extrême. On ne touche pas à sa fille. C’est le cri d’amour d’un père pour sa fille.

Passé et présent se mélangent, ce qui m’a parfois un peu perdue, mais on retrouve vite le chemin de l’histoire. Réalité ? folie ? Où est la frontière ? L’écriture est précise et tout s’imbrique parfaitement. L’auteur a parfaitement maîtrisé son sujet.

Merci aux Editions Taurnada

Ma note : 16 / 20