Feuilles de Michael Fenris

4ème de couverture :

À Hope Falls, petite ville américaine isolée au milieu d’une immense forêt, près de la frontière canadienne et des anciens territoires algonquins, tout est régi par Vernon Krueger. Maire, directeur de la plus grosse scierie de la région et propriétaire de la moitié de la ville, cet homme peu scrupuleux n’hésite pas à déforester sans aucune considération pour la nature environnante. Jed, son bras droit, cautionne de moins en moins ses pratiques douteuses, et tente vainement de préserver la forêt. Un phénomène étrange se produit alors : les feuilles des arbres commencent à tomber et, portées par un vent inhabituel, envahissent sans fin la ville, jusqu’à la recouvrir dangereusement. L’inquiétude s’empare peu à peu des habitants coupés du monde par ces murs de feuilles mortes et la tempête, à mesure qu’ils perdent tout contrôle sur des événements de moins en moins naturels. Tandis que l’angoisse grandit et que les habitants de Hope Falls plongent dans un véritable enfer auquel ils vont devoir survivre coûte que coûte, secrets enfouis et véritables caractères se révèlent au plus mauvais moment. Jed prend la tête des équipes de secours, mais bientôt il devra accepter l’incroyable et se résoudre à suivre ses intuitions… Tension, suspens, mystère, une intrigue qui se déroule à la frontière du surnaturel, et vous tient en haleine de la première à la dernière… feuille.

Mon avis :

Un des rares livres de Michael que je n’avais pas encore lus et… quelle claque !!! J’ai été très surprise par ce drôle de thriller un peu fantastique, il faut bien le dire, car des feuilles d’arbres tueuses… il fallait y penser !!! Il y a toujours des pensées bizarres chez Michael, mais c’est ce qui fait sa force d’écriture.

On est sous tension du début à la fin du livre, même de l’oppression, de l’angoisse.

À l’heure où nous prenons vraiment conscience le la nécessité de protéger la nature plutôt que de déforester… ce livre est à lire en ce moment !!! Et, croyez-moi, on ne verra plus les feuilles d’automne de la même façon !!! La nature sait se rebeller, et on ne peut pas l’arrêter !!!

Ce livre est incroyable, c’est du lourd, et il m’a scotchée !!!

Ma note : 20 / 20

Le voleur d’âmes de Jean Dardi

4ème de couverture :

Depuis plus d’une décennie, des fillettes disparaissent dans la Côte de Beaune. La Gendarmerie s’y casse les dents, ne recueillant que de faibles indices. Pas de corps, pas de mode opératoire, des scènes de crime inexploitables… Immanquablement, les autorités s’impatientent, les médias s’affolent, la psychose gagne les habitants du cru. Dans ce creuset de violence, on se regarde désormais en chien de faïence, on se soupçonne, on se dénonce. Et comme pour conjurer le sort, les pires exactions se produisent… Le jour où un braconnier découvre incidemment le corps de la douzième petite victime, les gendarmes demeurent pétrifiés d’effroi à la lecture du rapport d’autopsie. En désespoir de cause, on dépêche sur place le commandant de police Stéphanie Derochelle, alias La Louve. Le fleuron de l’OSRMD – une nouvelle unité de police spécialement créée pour ce type d’affaires insolubles -, réputé pour ses méthodes musclées, parviendra-t-il à dénouer enfin les fils de l’énigme ? D’autant plus que, malgré ses efforts, les disparitions se poursuivent…

Mon avis :

Au départ, j’avoue avoir un peu appréhendé de découvrir un nouveau personnage d’enquête, et puis… on est vite pris dans les « griffes » de Stéphanie Derochelle, surnommée la « louve ». J’aime beaucoup le commissaire Dell’Orso, et je peux vous assurer que cette femme ne laisse pas indifférent ! Nous voici avec une nouvelle dimension d’écriture !!!

C’est un thriller puissant, très puissant !

De livre en livre Jean grandit, son écriture mûrit énormément, pour mon plus grand plaisir. Ce livre m’a bluffée. Cette louve, en détresse, meurtrie, mais avec un sacré caractère qui fait qu’elle ne lâche rien… C’est une teigne, dans le bon sens du terme !
Bravo Jean pour ce nouveau personnage !!! Un grand Bravo aussi pour la superbe couverture… j’aime énormément.
Enfin, bravo aux éditions Inceptio… ils ont eu raison de publier Jean… Il le mérite, d’ailleurs pour tous ses livres également ! Jean est une valeur sûre !!!

Ma note : 18,5 / 20

Les petits contes de Souhila (suite)

4èmes de couverture

Un mystérieux palais
Mickaël et Tomy se retrouvent dans une grotte sombre et très inquiétante. Malgré leur courage, les deux garçons ne sont pas vraiment rassurés. Où sont-ils? Et pourquoi les rochers se mettent-ils à parler? Et en plus ils se mettent à raconter de drôles d’histoires sur un mystérieux palais et d’un horrible monstre qu’il ne faut surtout pas croiser! (Une petite histoire pour les enfants sur l’hygiène bucco-dentaire)

Le château Arc-en-ciel
Il n’est pas très beau et en plus il bégaie, voilà ce que l’on dit du Prince Philippe, et pourtant, il possède un don qui enchante son entourage. Sa mère, la Reine Catherine, qui a une robe qui change de couleur en fonction de son humeur a demandé au magicien du Château de faire une potion magique pour arranger les défauts de son fils car aucune princesse ne veut se marier avec lui…Même la magie des dragons est impuissante.

Le Noël de Sam
C’est Noël, et le petit Sami est vraiment pressé d’ouvrir ses cadeaux en famille. On peut dire qu’il a été gâté! Comme la veille la neige est tombée abondamment, toute la famille en profite pour construire un Bonhomme de neige, enfin non, pour changer ça sera une Madame de neige.Il est temps pour le petit Sami, après cette journée fantastique de Noël, d’aller se coucher. Une autre surprise l’attend, une visite très spéciale et magique….et ce n’est pas celle du Père Noël…

Une forêt pas comme les autres
C’est Noël, et le petit Sami est vraiment pressé d’ouvrir ses cadeaux en famille. On peut dire qu’il a été gâté! Comme la veille la neige est tombée abondamment, toute la famille en profite pour construire un Bonhomme de neige, enfin non, pour changer ça sera une Madame de neige.Il est temps pour le petit Sami, après cette journée fantastique de Noël, d’aller se coucher. Une autre surprise l’attend, une visite très spéciale et magique….et ce n’est pas celle du Père Noël…

Mon avis :

Un mystérieux palais
La parole est donnée aux dents, directement, et d’expliquer eux deux garçons qui se sont aventurés là l’importance du brossage des dents. Un peu différent de l’île aux dents, il s’adresse à des plus grands, et tout aussi ludique. Je l’ai trouvé bien sympa.

Le château Arc-en-ciel
Le prince de ce château était fort laid et begayait. Mais, quand il chantait, c’était magique !
Grâce à un dragon, et à la belle princesse, un mariage va avoir lieu. La belle a su regarder la beauté du coeur et non à l’apparence. Belle leçon de vie !

Le Noël de Sam
Ce soir de Noël, une mystérieuse femme, la dame des neiges, va proposer à Sam d’exaucer un voeu, mais un seul.
Et vous, quel serait le vôtre ?
N’oubliez jamais que la famille est essentielle dans votre vie, veillez-y !

Une forêt pas comme les autres
Ce conte est la suite de « La forêt magique »
Dans ce volume, le petit garçon prend un mauvais chemin. Heureusement, le petit lapin et ses amis veillent…

Ma note : comme pour les précadents, je ne mets pas de note. J’ai beaucoup aimé ces lectures, et je suis certaine que les petits doivent se régaler d’entendre papa ou maman raconter ces jolies histoires ! Bravo à Souhila.

Le dernier message de Nicolas Beuglet

4ème de couverture :

Voulez-vous vraiment connaître la vérité ?
Le dernier message pourrait vous plonger dans des abysses d’angoisse et de folie…

Île d’Iona, à l’ouest de l’Ecosse. des plaines d’herbes brunes parsemées de roches noires. Et au bout du  » Chemin des morts « , la silhouette grise du monastère.

Derrière ces murs suppliciés par le vent, un pensionnaire vient d’être retrouvé assassiné. Son corps mutilé de la plus étrange des façons. C’est l’inspectrice écossaise Grace Campbell qui est chargée de l’enquête. Après un an de mise à l’écart, elle joue sa carrière, elle le sait.

Sous une pluie battante, Grace pousse la lourde porte du monastère. Elle affronte les regards fuyants des cinq moines présents. De la victime, ils ne connaissent que le nom, Anton. Tous savent, en revanche, qu’il possédait un cabinet de travail secret aménagé dans les murs. Un cabinet constellé de formules savantes…

Que cherchait Anton ? Pourquoi l’avoir éliminé avec une telle sauvagerie ? Alors qu’elle tente encore de retrouver confiance en elle, Grace ignore que la résolution d’une des énigmes les plus vertigineuses de l’humanité repose tout entière sur ses épaules…

Mon avis :

Autant j’avais beaucoup aimé Le cri, Complot et l’Île du diable, autant celui-ci m’a laissé un goût de déception.

Le sujet partait très bien… Un meurtre dans une abbaye en Écosse… le retour de l’inspectrice Grace… je m’apprêtais à me régaler. Au fur et à mesure de ma lecture, je me retrouve dans un côté scientifique, voire apocalyptique. Je pense que ce côté-là risque de ne pas être facile à suivre pour un certain nombre de lecteurs, lectrices. Perso il m’a saoulée !

J’ai trouvé que les personnages manquaient un peu de profondeur, le tout m’a semblé « surjoué ». Un exemple ? Grace et l’enquêtrice américaine Naïs retrouvent un peu trop facilement la trace d’un fugitif, alors que la puissante organisation qui le recherche également n’y arrive pas.

J’aime beaucoup Nicolas Beuglet, mais là il m’a complètement perdue… dommage. Bon il me reste à tenter son prochain, Le passager sans visage. J’en attends beaucoup !

Ma note : 12 / 20

Seule la haine de David Ruiz Martin

4ème de couverture :

Persuadé que le psychanalyste Larry Barney est responsable du suicide de son frère, Elliot le prend en otage dans son cabinet.
Sous la menace d’une arme, Larry n’a pas d’autre choix que de laisser l’adolescent de 15 ans lui relater ses derniers mois.
Mais très vite, c’est l’escalade de l’horreur : Larry est jeté dans un monde qui le dépasse, aux frontières de l’abject et de l’inhumanité. Tandis que les détails scabreux se succèdent, une seule idée l’obsède : celle de s’en sortir, à tout prix…

Un thriller psychologique qui va vous retourner la tête !!!

Mon avis :

Eh bien… vous allez avoir du mal à vous sortir de ce livre ! Il vous entraînera dans un huis clos très anxiogène, hyper bien ficelé et vicieux !!!

L’écriture est juste et percutante, et nous tient en haleine. Tout est calculé et très bien orchestré. Écriture incisive, avec des mots justes, bien à propos. Les personnages sont travaillés en profondeur et attirants.

Alors… distorsion du subconscient ?… réalité ? David a su parfaitement manipuler mon esprit. Un grand Bravo pour ce livre. J’ai été impressionnée et je n’ai rien vu venir !!!

Merci aux Éditions Taurnada et à Joël Maïssa

Ma note : 19 / 20

C’est moi qu’il veut ! de Daniel Martinange

4ème de couverture :

De jeunes garçons sont enlevés, puis réapparaissent indemnes, enveloppés d’une couverture de survie. Sylvie, infirmière un peu borderline, est persuadée que le monstre impuni qui l’a terrorisée durant son enfance est l’auteur de ces rapts. Elle pressent l’imminence d’autres drames, d’autres morts. Près du lac où fut retrouvée la première jeune victime, vingt ans auparavant, des cadavres très récents de salamandres et de vipères sacrifiés sont découverts sur un étrange autel, tandis qu’un autre gamin disparaît…

Un polar qui penche vers le thriller.
Des dialogues savoureux, des retournements de situations astucieux, une tension psychologique parfaitement maîtrisée.
Saint-Étienne et les monts du Forez. Un coin riche en histoires de sorcelleries et d’amours chaotiques.

Un enquêteur séduisant, très télévisuel, commandant de police parisien récemment arrivé dans le département, qui sort de l’ordinaire puisqu’éternellement vêtu d’improbables chemises à jabot. Un cousin de Balthazar (Tomer Sisley, TF1) pourrait-on dire.

Mon avis :

Eh bien, je ne m’attendais pas à ça. Encore une belle découverte, qui m’a réjouie. Un thriller très psychologique avec beaucoup d’intrigue, de suspense, de rebondissements… très addictif, sans temps morts.
Les personnages sont parfaitement travaillés et l’histoire nous emmène à cent à l’heure. Vous lirez ce livre en un rien de temps !

C’est un très bon livre, avec un final inattendu que j’ai apprécié !!!

Merci aux Éditions Lajouanie et Jean-Charles Lajouanie

Ma note : 18,5 / 20

Sadia de Sandrine Durochat

4ème de couverture :

À 22 ans, Sadia a déjà tout connu. La mort de ses parents, la misère des quartiers d’Échirolles, la solitude et la prostitution. Son destin va basculer quand elle devra faire la mule pour le compte de trafiquants tenant le marché de la drogue à Grenoble et Échirolles afin de sauver son petit frère, Farès.

De fille paumée et exploitée par les hommes, Sadia fera face à tous les dangers et mettra un point d’honneur à dominer le haut de cette chaîne alimentaire criminelle. Animée d’une rage dévorante, la jeune femme se jettera à corps perdu dans une spirale diabolique. Rien ne lui sera épargné et elle devra naviguer entre violences des cités, grand banditisme Corse, islamisme terroriste ou cartels de drogue marocains.

Mon avis :

Fin de cette trilogie fort intéressante. Sandrine réussit à nous emmener avec son héroïne, Sadia, adolescente qui grandit de force en force. Luz et elle doivent se rendre au Maroc, et Sadia doit commettre un acte abominable : tuer ! Aura-t-elle cette force ? Qui doit-elle tuer ?

Encore un bon épisode qui montre qu’il va falloir compter avec cette nouvelle auteure ! J’attends maintenant un livre qui dépotera à coup sûr, j’en suis convaincue. C’est en bonne voie.

Merci aux éditions Lamiroy qui a su lui donner sa chance.

Ma note : 16,5 / 20

Les oubliées de Cadillac de Michel Lataste

4ème de couverture :

Année 1929, Joséphine, âgée de 17 ans, injustement condamnée, sera conduite dans la maison de préservation pour jeunes filles de 9 à 21 ans dans le château du duc d’Épernon de Cadillac en Aquitaine. Au XIXe siècle, ce château de Cadillac, tragique parenthèse de son histoire, fut la pire des prisons pour femmes. Des milliers d’entre elles y furent incarcérées, souvent à tort, mais toutes y vécurent l’enfer et bien souvent, la mort était leur seule issue. Le froid, la crasse, les maladies, la maltraitance et des travaux harassants étaient le quotidien de toutes ces femmes, dont certaines n’étaient que des enfants. Jugées par des hommes, dans des établissements gérés par des hommes et surveillés encore par des hommes, le viol était l’arme de soumission. Début XXe siècle, l’État décide de féminiser les prisons pour femmes. Les soeurs de la sagesse prennent le relais et rapidement gèrent l’établissement d’une main de fer. Année 2021, à l’heure où l’on parle de violences conjugales, comment pourrait-on qualifier ce pan de l’histoire peu glorieux de l’État français ?

Mon avis :

Voilà un livre que j’ai découverts, et qui m’a pris aux tripes ! J’avais vaguement entendu parler de ces centres pour filles sans en savoir grand-chose, et je peux vous dire que ce livre m’a retournée.

Cadillac, en 1929. Le château est devenu une sorte de prison pour filles, de 8 à 21 ans, enfermées, avec ou sans raison. Les hommes décident de tout, les femmes n’ont pas voix au chapitre.

Tout ce que ces pauvrettes subissent dans ce centre, je n’en reviens pas ! Tortures, labeur dur, à raison de 13 heures par jour, 7 jours sur 7, un véritable calvaire. Et cela ne s’arrête pas là… il y a tout ce que le centre cache dans ses sous-sols.

Ce fut un livre difficile psychologiquement, mais qui se lit très vite, fort bien écrit. Et je vous conseille de faire ensuite des recherches, c’est édifiant.

N’oublions pas… ne les oublions pas. Nous devons faire ce devoir de mémoire !!!

Ma note : 18,5 / 20

L’Ogre de Louis de Mauboy

4ème de couverture :

CE LIVRE EST RÉSERVÉ À UN PUBLIC AVERTI

C’est l’été et la cité des toboggans bleus est sur le point de s’enflammer. A l’ombre des bâtiments, Kader et Suleïman jouent au foot à longueur de journée. Stéphane qui a d’autres centres d’intérêt leur fait découvrir Facebook. Dévorés par les démons de la puberté, les trois garçons y font la connaissance de Lydia. Ils ne se doutent pas du piège dans lequel ils sont sur le point de tomber.
La jeune fille est-elle vraiment celle qu’elle prétend ?

Mon avis :

Une histoire sur fond de Dark web, des enfants enlevés, et l’on ne se doute pas de ce qui les attend !
Pédophilie, tortures, un public vraiment détraqué… c’est dingue !

Déconseillé aux mamans sensibles, car c’est très dur à lire, poignant.
Psychologiquement, chaque personnage est très bien travaillé et l’on s’attache à ces pauvres enfants torturés. C’est très réaliste en plus, j’avais vraiment l’impression d’y assister !
C’est parfaitement bien écrit, et on ne le lâche pas facilement ! Et en plus l’auteur m’a bien bluffée avec son final… je ne m’y attendais pas du tout !!!

Un super livre à déconseiller aux âmes sensibles, mais qui ravira les amoureux du genre. Je vais trouver le deux… voilà un auteur que je suivrai dorénavant. Merci Louis.

Ma note : 20 / 20

Le dernier acte de Cédric Castagné

4ème de couverture :

Léo ne goûtera pas l’insouciance de la jeunesse. Son monde s’effondre à la mort de sa mère. Des adieux déchirants et une vie à reconstruire… à sept ans, à peine.

Vingt ans plus tard, Bacem Marouani et David Pinetta enquêtent sur de mystérieux meurtres perpétrés en région parisienne. Des meurtres aux mises en scène sordides, dont l’auteur demeure insaisissable. Engagés dans une traque sans merci, les deux enquêteurs devront dépasser la rancœur qui les oppose, au risque de plonger en enfer.

Après deux ans de chômage, Manon pensait pouvoir rebondir avec ce nouveau job. Un gagne-pain indispensable à sa famille. Mais la réalité s’impose à elle comme une fatalité implacable. Charles Delmont, ce chef autoritaire à l’attitude ambivalente, la terrorise chaque jour un peu plus.

Un garçon livré à lui-même, deux enquêteurs lancés dans une course contre la montre, une femme condamnée à survivre… et cet ennemi invisible qui tue et signe chacun de ses meurtres de tags énigmatiques. Pour livrer sa vérité. Cette vérité qui éclatera bientôt au grand jour, lorsqu’il en aura fini.
Lorsqu’il aura accompli… son Dernier Acte.

Mon avis :

J’aime découvrir des livres qui en jettent ! Eh bien, celui-ci en fait parti, croyez-moi, il vaut la découverte !!!

Je me suis posée certaines questions à un moment donné, mais j’avoue qu’il m’a vraiment bluffée ! Tout se télescope pour finir en un véritable feu d’artifice final.

Bacem, policier complètement meurtri, accompagné de David… deux hommes que tout sépare, qui ont du mal à faire équipe… genre je te hais, mais je t’apprécie ! Bref, un super duo !

Deux histoires… Aucun temps mort, tout va très vite. Que peut bien relier ces deux histoires au demeurant sans aucun lien ? Il faut le lire pour le comprendre, et je vous assure que vous serez surpris ! C’est super bien ficelé, bluffant !!!

Des femmes affreusement mutilées, gravées avec un « #Acte »… Et puis, il y a 20 ans… Tout commence à cette période.
Vous voulez savoir ? Je vous invite à le découvrir, vous ne serez pas déçus !

Merci Cédric pour cet incroyable livre. Je suis ravie de cette découverte, et je me le procurerai en papier pour le garder. C’est du lourd et un coup de cœur

Ma note : 19 / 20