Le dernier acte de Cédric Castagné

4ème de couverture :

Léo ne goûtera pas l’insouciance de la jeunesse. Son monde s’effondre à la mort de sa mère. Des adieux déchirants et une vie à reconstruire… à sept ans, à peine.

Vingt ans plus tard, Bacem Marouani et David Pinetta enquêtent sur de mystérieux meurtres perpétrés en région parisienne. Des meurtres aux mises en scène sordides, dont l’auteur demeure insaisissable. Engagés dans une traque sans merci, les deux enquêteurs devront dépasser la rancœur qui les oppose, au risque de plonger en enfer.

Après deux ans de chômage, Manon pensait pouvoir rebondir avec ce nouveau job. Un gagne-pain indispensable à sa famille. Mais la réalité s’impose à elle comme une fatalité implacable. Charles Delmont, ce chef autoritaire à l’attitude ambivalente, la terrorise chaque jour un peu plus.

Un garçon livré à lui-même, deux enquêteurs lancés dans une course contre la montre, une femme condamnée à survivre… et cet ennemi invisible qui tue et signe chacun de ses meurtres de tags énigmatiques. Pour livrer sa vérité. Cette vérité qui éclatera bientôt au grand jour, lorsqu’il en aura fini.
Lorsqu’il aura accompli… son Dernier Acte.

Mon avis :

J’aime découvrir des livres qui en jettent ! Eh bien, celui-ci en fait parti, croyez-moi, il vaut la découverte !!!

Je me suis posée certaines questions à un moment donné, mais j’avoue qu’il m’a vraiment bluffée ! Tout se télescope pour finir en un véritable feu d’artifice final.

Bacem, policier complètement meurtri, accompagné de David… deux hommes que tout sépare, qui ont du mal à faire équipe… genre je te hais, mais je t’apprécie ! Bref, un super duo !

Deux histoires… Aucun temps mort, tout va très vite. Que peut bien relier ces deux histoires au demeurant sans aucun lien ? Il faut le lire pour le comprendre, et je vous assure que vous serez surpris ! C’est super bien ficelé, bluffant !!!

Des femmes affreusement mutilées, gravées avec un « #Acte »… Et puis, il y a 20 ans… Tout commence à cette période.
Vous voulez savoir ? Je vous invite à le découvrir, vous ne serez pas déçus !

Merci Cédric pour cet incroyable livre. Je suis ravie de cette découverte, et je me le procurerai en papier pour le garder. C’est du lourd et un coup de cœur

Ma note : 19 / 20

PèreS de Orel

4ème de couverture

Titouan, 12 ans, vit dans une famille maltraitante. Malheureux et en mal d’amour, il va fuguer pour trouver ailleurs ce qui lui manque.
Plein d’imagination pour faire face aux pièges et aux difficultés qu’il va rencontrer, il trouvera les failles et les manquements de notre société qui lui permettront de poursuivre sa route.
Où dormir en sécurité ? Comment se laver ? Se vêtir ? Se nourrir ?
Son instinct de survie toujours en éveil, il va s’adapter aux personnes et aux circonstances pour essayer d’atteindre son but : fuir ses parents, voir la mer, trouver une famille qui saura l’aimer, et surtout connaître l’amour d’un père.
Au cours de ce voyage durant lequel il alternera bonnes et mauvaises rencontres, il finira par faire LA rencontre qui changera sa vie.

Mon avis :


Titouan représente quatre histoires vraies d’enfants maltraités. Cette fugue va être pour lui une terrible épreuve pour un si jeune âge. Sa rencontre avec Dieu, ainsi que les bonnes rencontres vont changer sa vie à tout jamais.

C’est dur, mais aussi plein d’espoir.

C’est très bien écrit et l’histoire se lit très vite. On pleure, on rit avec lui, et le suspense monte crescendo pour finir sur une note remplie d’espoir et de vie.

Ma note : 18 / 20

Les sept tours du diable de Jean-Luc Aubarbier

4ème de couverture :

Un homme est retrouvé assassiné dans sa chambre d’hôtel en Inde. Peu de temps auparavant, il avait envoyé une mystérieuse et inquiétante lettre à Pierre Cavaignac et Marjolaine Karadec, ses amis archéologues  : «  D’effroyables choses se préparent… C’est une question de vie ou de mort.  »

La victime était sur le point de révéler un antique secret  : les Sept Tours du Diable. Selon la légende, il existerait sept temples répartis dans le monde, dirigés par des prêtres déviants. Le contrôle de ces centres serait la source d’un pouvoir incommensurable qui attise les convoitises d’un ordre occulte.

Mon avis :

Je dois dire avoir un retour en deux teintes.
Tout d’abord, je dois reconnaître que c’est super documenté et précis, et que l’auteur a une parfaite connaissance des lieux décrits, avec de l’émotion.

Je connaissais vaguement le lien existant entre le Tibet, la Chine, le Japon et le nazisme dans la guerre 39-45, mais ce livre m’en a appris beaucoup plus. Ça, ce fut un plus indéniable.

Pour le reste, j’ai été déçue. Je pensais que l’histoire tournerait autour des sept tours du diable, à ce qu’ils y pratiquaient, mais, finalement, il n’y eu que très peu. Et puis, je me suis un peu ennuyée pendant au moins la moitié du livre, avant d’être accrochée avec la suite.

Vous comprenez maintenant mon retour en deux teintes !

Merci aux éditions City, et à Eric Poupet

Ma note : 12 / 20

Le moulin de Casserouge de Michel Lataste

4ème de couverture :

Octobre 1927. Dans une bastide du Bordelais, un vieil homme est sauvagement attaqué, suriné et dépouillé. Ceci n’est que le début d’une longue série d’agressions, de viols et de meurtres perpétrés par un individu violent qui sème la terreur dans cette région paisible de l’Entre-deux-Mers. La police de Bordeaux ouvre une enquête car, cette même nuit, on leur annonce deux crimes supplémentaires. Le viol et la mort d’une femme dans une ferme isolée au milieu des vignes et la découverte d’un homme poignardé. Les inspecteurs découvrent bien d’autres forfaits et se lancent aux trousses d’un suspect qui correspond au tueur. Bordeaux n’est, cependant, pas épargné : meurtres et agressions s’enchaînent…

Mon avis :

Belle écriture, voilà un auteur amoureux de sa terre. Une histoire bien menée, un bon polar

Ma note : 17 / 20

Dans l’ombre du chaos de Damien Leban

4ème de couverture :

« La seule vérité est celle que l’on cherche… »
Stéphane Briquet, père de famille aimant et sans histoire, se voit menacé et contraint de disparaître à tout jamais, abandonnant femme et enfant. Bruno Heisen, major à la Brigade de recherches de Montdidier, enquête sur un crime monstrueux touchant intimement ses proches. Son monde et ses certitudes s’effondrent peu à peu en découvrant le passé énigmatique de la victime. Tous deux veulent établir la vérité et devront affronter une force destructrice qui les mènera au chaos.

Mon avis :

Je suis une habituée des livres de Damien, que je suis assidûment. Je n’ai jamais été déçue, et j’attendais avec impatience celui-ci. Et… Il démarre très fort !!!

Dès les premières lignes l’angoisse monte. Damien sait jouer avec nos nerfs, je vous le dis ! J’ai retrouvé avec un grand plaisir le major Bruno Heisen et son équipe.

Deux histoires apparemment distinctes, une machination véritablement bluffante. Ça va à toute allure. Vous savez quoi ? Pas le temps de souffler. C’est flippant, et c’est ce que j’aime !!! J’ai vécu au rythme effréné des pages. C’est saisissant !!!

Je quoi ? Vous parler du final ? Qu’en dire… Une apothéose… un feu d’artifice ! Damien, j’ai encore, encore, encore, kiffé ton écriture !!!

Ma note : 20 / 20

Le Sacre des impies de Ghislain Gilberti

4ème de couverture :

1995, Strasbourg voit éclore une organisation qui va mettre au point un système criminel étanche et sécurisé. L’enfance cauchemardesque de ses membres explique les raisons du Mal qui les ronge.
Borderline se dresse comme un seul homme, inéluctable, broyant les concurrences et les luttes internes. Est-il possible que l’officine ait enterré quelques secrets à sa création ?

2011, Cécile Sanchez, qui avait juré de ne plus jamais travailler sur cette affaire, est rattrapée par une conviction. C’est un dernier plongeon pour la commissaire qui va précipiter les événements. Après Sa Majesté des Ombres et Les Anges de Babylone, ce troisième et dernier tome de la Trilogie des Ombres emporte le lecteur dans le passé de ces monstres un peu trop humains et les nouveaux jours qui virent au cauchemar éveillé. Lors de ces allers-retours dans le temps, saura-t-elle mener la lutte contre les Anges déchus de la nouvelle Babylone sans perdre elle-même son âme ?

Mon avis :

Excellente idée d’avoir orienté cet opus sur l’origine des sept dirigeants de Borderline. Sept enfants… sept vies faites de violences diverses, qui finissent par s’unir par le Mal qui grandit en eux.

Mon personnage préféré ? Noémie, pardon, Lolita.
Cécile Sanchez, bien malmenée par sa précédente confrontation avec les Borderline, est un peu en retrait dans cette fin d’histoire.

Cette apothéose est excellente. Les mots utilisés par Ghislain sont puissants et choisis à propos. Cet opus restera gravé longtemps dans ma mémoire. Il prend aux tripes !!!

Ma note : 20 / 20

Lieutenant Grange-Règlements de compte de Robjack

4ème de couverture :

Une vague de décès terrasse les grands seniors, à Trivia… Accidents ménagers, canicule, Covid-19 ? Grange vient à la rescousse de son amie Brulant et le duo constate des morts pas si naturelles ou accidentelles que cela. Qui se cache derrière toutes ces exécutions sournoises, pourquoi, quand cela s’arrêtera-t-il ? La cruauté et la démence sont au rendez-vous, l’Horreur finit par apparaître…

Mon avis :

Voici le tome qui clôture la série du Lieutenant Grange.

Ce volume est riche en rebondissements, qui nous tient vraiment en haleine, et l’on enchaîne les pages sans s’en rendre compte. J’ai eu beaucoup de plaisir à retrouver mon petit lieutenant Davy, et ses deux acolytes, Phil et Marco dont l’amitié s’est renforcée au fur et à mesure de leurs enquêtes.
Les évènements s’enchaînent, les mettant en danger.

L’écriture est toujours très précise, et les chapitres courts donnent une bonne vitesse à la lecture. Vous ne verrez pas passer le temps !!!

Ce fut un vrai régal, et je l’ai dévoré. En plus, il y a une relation gendarmerie/police appréciable… ça change !!!

Ma note : 20 / 20

L’île abandonnée de Pierre Pouchairet

4ème de couverture :

Alors que la France s’apprête à affronter un ouragan d’une ampleur comparable à celui de 1987, les pilotes du vol Air France AF007 qui a décollé de New York apprennent qu’ils font l’objet d’une menace terroriste et se voient interdire le survol de l’espace européen. Comme ils ignorent quels sont les passagers incriminés, une seule solution s’impose à eux : un atterrissage d’urgence sur l’aéroport d’Ouessant, pourtant inadapté pour ce type d’appareil.
Pour la commandant Vallauri et ses amis, bien installés dans l’Airbus A380 après un séjour outre-Atlantique, c’est la fin des vacances et le début de quarante-huit heures dramatiques.
Alors que l’île se retrouve coupée du monde par la tempête, les morts se succèdent sans que l’on parvienne à identifier les coupables. Entre peur et désir de vengeance, les esprits s’échauffent

Mon avis :

Pierre Pouchairet est aujourd’hui une valeur sûre.

Je me suis un peu perdue avec tous les personnages, mais c’est un très bon livre.

Des morts, des conditions climatiques épouvantables, les meurtriers en cavale, et tout cela se passe sur l’île d’Ouessant !

C’est du bon suspense, plein de rebondissements. Pierre a su m’emmener sur cette île avec plaisir pour suivre l’enquête de la commandante Vallauri.

Bref, c’est du bon !!!

Merci aux éditions Palémon

Ma note : 16 / 20

Tu ne m’échapperas pas de Laetitia Argoud

4ème de couverture :

Septembre 2018. Les dernières lueurs du soleil caressent son visage. Un miracle vient de se produire. Ses chaînes se sont enfin brisées, elle est libre…
Décembre 2020. À la veille de Noël, le cadavre d’un homme entièrement démembré est retrouvé aux abords d’un étang, près de Narbonne. Pour le commandant Daryl Merey, ce scénario d’une violence inouïe relèverait a priori d’un règlement de compte. Cependant, une troublante coïncidence va remettre en cause cette hypothèse… Dès lors, face à la complexité du dossier, Daryl Merey décide de faire appel aux services de Jennifer Kern, une détective privée qu’il a connue lors d’une précédente affaire… Tous deux sont rejoints par Evans Langley, un jeune inspecteur spécialisé en criminologie. Le trio d’enquêteurs va ainsi se lancer à corps perdu à la poursuite du meurtrier, mais le compte à rebours est enclenché et rien ne va se passer comme prévu… Qui tire réellement les ficelles de cette machination ? Et si finalement, tout était lié…

Mon avis :

Au fur et à mesure des pages la tension monte, le cœur palpite… Je me suis surprise à me retrouver carrément à la place de Jennifer !!!

Dernier tome de la trilogie qui se termine sur les chapeaux de roue ! C’est du très lourd et c’est de loin le plus abouti je trouve.

L’écriture est toujours très efficace. J’ai trouvé le final plein d’espoir. C’est une très belle réussite. Bravo Laetitia !!!

Je ne peux que vous conseiller cette trilogie, à lire dans l’ordre pour bien comprendre l’histoire.

Ma note : 18 / 20

Mort d’une bougie de Valérie Valeix

4ème de couverture :

Suivie du fidèle Lebel, Audrey se rend à Paris, missionnée par le magazine L’Abeille de France pour un reportage sur la prestigieuse institution Cire Marie. Ils posent leurs bagages dans une chambre d’hôtes du quartier de Saint-Germain-des-Prés, où est installée la célèbre boutique de bougies parfumées.
Tandis qu’Audrey part à la rencontre de Serge Gagnon, le patron de la maison, elle fait la connaissance d’une ancienne commissaire de police, Danielle Thiéry. Celle-ci est présente lorsque Audrey découvre le directeur dans son bureau, étouffé à l’aide d’un sac en papier de la marque.
Le lendemain, un jeune travesti brésilien est retrouvé congelé au domicile normand de Gagnon. Si les deux hommes se connaissaient, aucun lien ne peut être établi entre les meurtres.
C’est sans compter sur la perspicacité des deux femmes, Audrey et Danielle, nommées par le procureur pour seconder dans cette enquête le commandant Ségur des Sections de Recherches de Gendarmerie…

Mon avis :

Nous retrouvons le belle apicultrice, Audrey, accompagnée de Danièle Thiéry.

Les livres de Valérie sont très sympa à lire, sans prise de tête. L’histoire est bien menée, elle sait nous tenir en haleine, avec de bons rebondissements.
La lecture tient ses promesses. Il va falloir compter avec Valérie !!!

Merci aux éditions Palémon

Ma note : 17 / 20