Du poison dans la tête de Jacques Saussey

téléchargé

4ème de couverture :

Le poison, c’est l’autre…Une femme, en plein hiver, se jette nue dans la Seine.
Un homme qui prend possession de ses victimes, les ruines, puis les oblige à se suicider.
Un colis qui arrive entre les mains de Magne, fait remonter à la surface une affaire de plus de 30 ans.
Comment mener deux affaires de front, quand votre vie perso part en vrille ?

Mon avis :

Quel livre !!! Le suspens monte crescendo pour un final incroyable.

Jacques, avec sa sensibilité et sans voyeurisme aucun, a su reproduire ce qui se passe dans la tête de ces dégénérés qui mettent les femmes sous leur emprise.

Cette enquête va mettre à mal le couple du commandant Daniel Magne et de la capitaine Lisa, ce qui ne va pas les aider. Se greffe dessus la mère biologique d’Oscar, leur fils adoptif, et Lisa va en souffrir terriblement et devoir gérer cela.
Il y a un « personnage » que j’ai énormément aimé… Sham, la chienne berger allemand.

Voilà un livre qui m’a tout particulièrement touchée, d’autant que je suis confrontée à une histoire s’en rapprochant, dans un couple proche de moi… bon, évidemment, il n’est pas un sérial killer hein, mais c’est un sacré manipulateur !!!
Personne ne peut réaliser combien il est difficile de sortir des griffes d’un tel homme si on ne passe pas par là.

Merci aux Editions French Pulp

Ma note : 20 / 20

 

Dix petits frelons de Valérie Valeix

51ffpd3UvoL

4ème de couverture :

Après la disparition de son mari, gendarme d’élite et membre des forces spéciales, survenue lors d’une mission en Syrie, Audrey se rend chez Grégory Larcher, prêtre éducateur de rue et apiculteur spécialiste en gelée royale, afin d’y suivre une formation approfondie sur la précieuse substance.
Cet homme habite le célèbre village normand de Giverny où il a créé la « Ferme aux Enfants », un lieu d’accueil pour jeunes en difficulté qu’il initie à l’apiculture et à la peinture, étant voisin de la propriété où vécut le peintre Claude Monet.
À peine arrivés sur place, Audrey et son fidèle ami, Lebel, se rendent au vernissage de l’exposition « Magie d’un peintre » qui révèle au public un dessin inédit de Monet, « Collier aux Nymphéas », de 1909, et la réalisation contemporaine de ce projet de bijou par le prestigieux joaillier Chaumet.
La nuit suivante, la Fondation est cambriolée. Seuls le dessin et le collier ont disparu ; à leur place ont été déposés deux frelons secs…

Mon avis :

Je pense qu’il faut avoir lu le précédent pour bien comprendre celui-ci. J’avoue avoir eu un peu de mal.
Giverny, village voué à Claude Monet, dix adolescents sont accusés d’un vol, et disparaissent. Mais Audrey n’y croit pas.

Nous nous trouvons plongés das le monde de l’Art. C’est parfois un peu long et trop de descriptifs, néanmoins c’est un livre bien ficelé et dynamique. Vous passerez un bon moment, bien sympathique, avec un final très intéressant. C’est une belle découverte agréable à lire. Alors je le recommande.

J’y ai vu une leçon : ne jamais s’attacher aux apparences, aux premiers abords. Les apparences sont trompeuses.

Merci aux Editions Palémon

Ma note : 15,5 / 20

La piste aux étoiles de Nicolas Lebel

41XF+gjXjpL._SX331_BO1,204,203,200_

4ème de couverture :

L’Embaumeur joue les Monsieur Loyal dans un drôle de cirque…
Un enquêteur qui sort de l’ordinaire, ni flic, ni journaliste, ou même détective, c’est un croque-mort qui mène la danse !
Quand on propose à l’embaumeur de participer à un projet de plastination, il faut s’attendre à un refus.
Un défunt, ça se respecte, ça n’exhibe pas !
Le souci c’est que dans la vie on ne fait pas toujours ce que l’on veut, Mandoline va devoir rentrer dans le délire d’un mégalo morbide et tenter de comprendre un trafic de cadavres…

Mon avis:

Définition : La plastination, aussi appelée imprégnation polymérique est une technique visant à préserver des tissus biologiques en remplaçant les différents liquides organiques par du silicone

Trafic de cadavres, djihadistes, politique… Luc Mandoline, thanatopracteur, se voit obligé d’espionner un riche allemand qui ne rêve que d’une chose, créer sa Piste aux étoiles, (émission que j’aimais beaucoup regarder avec mes grands-parents, ce qui a réveillé des souvenirs chez moi), pour aider un ami, en devant faire un travail qu’il déteste. Ce sera une exposition de cadavres humains.

C’est une histoire bien sympathique qui se lit rapidement, avec des pointes d’humour, parfois un peu caustique, mais lorsque l’on connaît l’auteur, rien ne nous surprend !
J’ai passé un très bon petit moment de lecture.

Merci à French Pulp

Ma note : 17 / 20

 

L’affaire des colonels de Eric Larrey

51b52fOX4ML._SY346_

4ème de couverture :

La vie d’Edmond Luciole, récemment installé à Lyon, ne sera plus tout à fait la même après avoir accepté la proposition d’un ami d’enfance. Il ne s’agissait au départ que d’héberger durant quelques semaines un jeune cousin britannique du nom de Sherlock Holmes. Mais en ce début d’année 1870, une série de meurtres alarme les autorités. Sous l’impulsion de Sherlock, Edmond accepte de mener l’enquête …

Mon avis :

Vous connaissez tous les enquêtes de Sherlock Holmes de Sir Arthur Conan Doyle… moi j’aime beaucoup ce personnage et ses déductions logiques.

Dans ce livre il a 16 ans et est hébergé par Edmond Luciole à Lyon. C’est avec lui que le jeune Sherlock va effectuer sa première enquête, en collaboration avec la police et un commandant de l’armée. Nous sommes en 1870.

La lecture est passionnante, l’écriture simple et facile à lire, cultivée. C’est en même temps un livre historique puisqu’il nous dépeint des faits historiques de l’époque entre la Prusse, la France et l’Allemagne, fort bien documenté au demeurant. Et quand la politique intervient… la raison d’état prime…

Il est également intéressant de s’arrêter sur les différents lieux de la ville qu’il serait top de visiter. Nous sommes en complète immersion dans cette histoire qui nous tient en haleine, au point que j’ai sauté un déjeuner pour le terminer, c’est dire !!! Je l’ai dévoré. Je ne peux que le conseiller très fortement.

Merci à Eric Larrey pour sa confiance

Ma note : 18,5 / 20

 

Une vie de Flic de Eric Oliva

81yTmfmNfgL

4ème de couverture :

Éric est flic depuis le début des années 1990. Il a d’abord exercé en Seine-Saint-Denis, le département de tous les excès, puis dans le Sud de la France. En trente ans de carrière, il a enquêté sur toutes sortes d’affaires et croisé des meurtriers, voyous, professionnels de l’arnaque, petits drogués et grands trafiquants.

Dans ce livre sans tabou, il dévoile l’envers du décor et les moments qui ont marqué sa vie de policier. Les interventions musclées où l’on risque sa vie, les planques interminables, les indics qui flirtent avec l’illégalité, les interrogatoires, le suicide de collègues, les arrestations…

Avec beaucoup de passion, il raconte ce métier souvent injustement décrié. Loin de l’image du «  fonctionnaire  » de police, on découvre qu’être flic c’est d’abord respecter les valeurs de courage, dévouement et intégrité. Un témoignage-vérité sur une véritable vocation au service des autres.

Mon avis :

Il est difficile de faire une chronique sur une biographie, alors je dirais
Où comment suivre la carrière d’un policier, sans tabous, depuis l’école au commissariat de Montreuil s/bois (93) et finir à Marseille.

On y trouve ses espoirs et ses désillusions,… des faits réels marquants pour montrer ce qu’est la vie d’un flic.

Le livre ne manque pas d’humour et l’écriture très agréable.

J’aime beaucoup cet auteur et voulais découvrir son parcours. Grâce à ce livre c’est chose faite.

Merci aux Editions City

Ma note : 16,5 / 20

L’ombre des derniers cathares de Alain Roumagnac

41B4Xa04SBL

4ème de couverture :

Il y a fort longtemps, au nom de Dieu, il y a eu faute.
En son nom, elle doit être réparée. Mais attention que l’on ne réveille pas… L’ombre des derniers Cathares.
Déboussolé par le décès de sa femme, Richard Quayrane, lieutenant de police à Nanterre, étouffe dans son métier et dans ce monde qui ne sait pas bien où il va. Désabusé, il prend sa retraite et fait table rase, mais très seul, il chavire lentement. Un matin, l’appel qu’il reçoit d’un notaire toulousain va faire basculer sa vie.
Aidé de son ancien coéquipier, d’une experte en oeuvres d’art et d’un vieux prêtre mystique, qu’il entraîne avec lui, il va se débattre dans une sorte de quête, aux confins d’une très vieille guerre presque oubliée, où le bien et le mal se disputaient leur place.
Les fantômes cathares, que l’on pensait perdus, surgissent et reviennent à la charge.
Mais le mal n’est jamais très loin. Pour protéger des secrets qui ne doivent pas émerger, le fanatisme aveugle a versé le sang et s’apprête à tuer à nouveau

Mon avis :

Quand Richard Quayrane décide qu’il est temps de passer à la retraite, il ne s’attend pas à être contacté par le notaire d’un ancien ami d’école, Francis Lefebure, décédé. La seule chose qu’il devra faire, pour hériter, c’est s’occuper de son chien et accepter de terminer son enquête… retrouver le tombeau du comte Raymond VI.

La fin se laisse deviner un peu trop rapidement, c’est un peu dommage. Pour autant c’est un très bon polar, bien construit, avec un bon vocabulaire. On sent l’amour de la langue française à l’ancienne. Le caractère des personnages est intéressant, entre Richard, l’ours mal léché, son fils qui ne veut plus lui parler, son collègue, fidèle à leur amitié, et son fils, qui est celui qui m’a le plus touchée, et la femme qui va les aider… La plume est légère, l’histoire est sympa… pour une partie triste de notre histoire. J’ai bien aimé le chien qu’il a hérité, dont il ne voulait pas s’encombrer et… qu’il adopte.

Petit bémol, je pensais en lire davantage sur les cathares, disons plus en profondeur…

Merci beaucoup Alain pour ta confiance.

Ma note : 15 / 20

Surface de Olivier Norek

61BBRjN5PkL._AC_UL436_

4ème de couverture :

Ici, personne ne veut plus de cette capitaine de police. Là-bas, personne ne veut de son enquête. Avec Surface, Olivier Norek nous entraîne dans une enquête aussi déroutante que dangereuse. Un retour aux sources du polar, brutal, terriblement humain, et un suspense à couper le souffle.

Mon avis :

Quel livre, mais quel livre !!! Si vous ne l’avez pas encore lu, alors n’attendez plus… foncez.

Quand l’accident est arrivé, j’ai sursauté… oui oui… comme si c’était moi à la place de Noémie qui avais reçu la décharge qui l’a défigurée. Ça fait un drôle d’effet !!!

L’histoire est superbement construite et son écriture toujours accrocheuse et fluide, avec de l’humour, notamment au cimetière (les lecteurs. trices. comprendront à cet instant là). Personnellement j’ai éclaté de rire… pardon, mais je n’ai pas pu résister…
Des temps morts ? Aucun. Le rythme est soutenu et entraînant, addictif.

Voilà un panachage de personnages aux caractères bien différents, complexes et dont certains dévoileront la totalité de leur force, ou de leur faiblesse, vers la fin de l’histoire et ce final est bluffant !!!

Ce livre m’a scotchée, et révèle une grande sensibilité humaine. Cette policière, cabossée, gueule cassée qui va recueillir Picasso, un chien, également cassé, comme elle, m’a touchée. J’ai beaucoup aimé cette femme, au fort caractère, qui ne lâchera rien jusqu’au dénouement de l’enquête. Et justement… parlons-en de ce final… inattendu… bluffant !!!

Un gros coup de cœur pour moi

Ma note : 20 / 20

Les vautours et la carcasse du château de Michel Lataste

12321399_1567462756899166_7758677934550903014_n

Mon avis :

Une histoire de terroir, où comment « les vautours » savent s’assembler, opportunistes à souhait, je te trompe, moi aussi, de bourgeois s’attendant à recevoir un gros héritage.

Le début m’a semblé un peu long mais c’était la mise en place. A partir du premier meurtre, la lecture devient plus intéressante. Je dirais que ce n’est pas une lecture dont j’ai raffolé mais pour autant ce livre se laisse lire et l’enquête est bien menée.

Son livre suivant est purement thriller alors je devrais le dévorer je pense.

Deux passages que j’ai aimé :
« Jean-Michel aimait dessiner, créer de vrais chefs d’œuvres végétaux »
« Il y a des gens qui n’ont pas de culture, et qui pourtant sont cultivés »

Merci à Michel pour sa confiance… j’attends le prochain

Ma note : 12 / 20

Complot de Nicolas Beuglet

téléchargé (5)

4ème de couverture :

Un archipel isolé au nord de la Norvège, battu par les vents. Et, au bord de la falaise, le corps d’une femme. Les blessures qui déchirent sa chair semblent être autant de symboles mystérieux.
Quand l’inspectrice Sarah Geringën, escortée par les Forces spéciales, apprend l’identité de la victime, c’est le choc. Le cadavre est celui de la Première ministre. Qui en voulait à la chef de gouvernement ? Sarah, très vite, le pressent : la scène du crime signe le début d’une terrifiante série meurtrière. Dans son enquête, curieusement, quelqu’un semble toujours la devancer. Comme si cette ombre pouvait lire dans ses pensées. Le soupçon d’un complot implacable qui accompagne chacun de ses pas…

Mon avis :

j’avais aimé Le cri, même si j’avais trouvé la fin bâclée, mais alors celui-là… bien meilleur !!!
C’est un livre nettement plus abouti, avec un travail de recherches impressionnant.

Nous retrouvons le personnage de Sarah Geringen, froid, méticuleux, efficace, ainsi que Christophe, devenu son conjoint.
Les personnages que nous voyons graviter autour de cette enquête ont une forte personnalité, ce qui n’est pas souvent le cas.

J’ai dévoré ce livre. IL est captivant, avec un sujet qui devrait en interpeller plus d’un !!!
Je n’en dirai pas plus et j’attends le suivant, L’île du diable

Ma note : 17,5 / 20

AD UNUM de Didier Fossey

ad unum

4ème de couverture :

Paris, février 2011. Le froid, la neige, le verglas. Une nouvelle victime est retrouvée pendue, les mains attachées, avec une inscription latine gravée sur le front : « AD UNUM », qui signifie « jusqu’au dernier ». Deux autres victimes ont déjà été découvertes dans les mêmes conditions. Le commandant Boris le Guenn, chef de groupe de la B.A.C. au 36 Quai des Orfèvres, et son équipe ont affaire à un redoutable psychopathe qui agit de façon méthodique et discrète. Quelles sont ses véritables motivations ? L’enquête se révèle difficile, le tueur n’hésitant pas à impliquer personnellement les policiers dans son projet machiavélique pour parvenir à ses fins. Mais tout rouage est capable de se gripper…

Mon avis :

Un livre coup de punch. Lorsque vous le commencerez, ne vous attendez pas à le lâcher, vous ne pourrez pas.
Je ne m’attendais pas du tout à cette lecture et j’en suis ressortie ravie.
Une belle écriture, des chapitres courts qui s’enchaînent rapidement et qui nous scotchent au livre… livre addictif !!!

J’ai énormément aimé le personnage de Boris Le Guenn, et son équipe, efficace et sympathique. L’histoire est parfaitement maîtrisée et le twist final… wouaouhhh… très inattendu !!! Vous savez quoi !? il y a d’autres livres à lire alors…
Celui-ci est une pépite 🙂

Ma note : 18,75 / 20